Du haut du septième ciel, salut!

Au septième ciel, c’est de là que je vous écris depuis mon récent passage chez Graziella.

Il y a de ces restaurants, comme ça, qui savent vous toucher avec une telle justesse, en mariant saveurs, simplicité et authenticité. De ces plats, comme ça, qui charment vos papilles des jours durant… vous savez de ceux qui, dès la première bouchée, vous savez que vous devrez revenir?

Graziella.

C’est donc entre filles, oui les mêmes que pour notre session au St-Urbain (moins la belle Josie, snif!), que nous sommes aller visiter l’antre de Graziella Battista.

Avez-vous déjà mangé avec une cinglée blogueuse qui prend tout ce qu’elle bouffe en photo? Faut patienter un peu le temps qu’elle pose vos assiettes (peux-tu tasser ta napkin sale? C’est laid!), puis s’assure d’une autre photo (ben là t’as mis tes doigts devant!) et une dernière (au cas où!)

Eh bien imaginez maintenant, la même situation multipliée par TROIS! À tour de rôle on se prêtait les assiettes, on s’échangeait l’éclairage, et sans dire un mot, on attendait patiemment que tout le monde ait terminé avant d’entamer la première bouchée, tant désirée soit-elle.

Tout un spectacle!

Antipasti

Ma.gni.fi.que Carpaccio de boeuf rouge vif accompagné d’une cuillère de mayo à l’aneth et radicchio braisées.

Sans aucun doute, un des carpaccio que j’ai le plus apprécié depuis un bon moment! (habituellement c’est bon signe lorsque le surlendemain tu y penses encore!)

La viande, ni trop mince, ni trop épaisse, fondait littéralement dans la bouche mais c’est la petite twist avec mayo à l’aneth, qui donnait à mon carpaccio un air de tartare léger, qui m’a vraiment plu. J’ai adoré le contraste croquant et l’amertume qu’apportait le radicchio.

Valérie a pris la déclinaison de prosciutto et avait sans doute la bouchée la plus jolie de toutes!

On la voit ici en avant plan: une figue enrobée de foie gras et d’une tranche de prosciutto servie sur crouton. En plus d’être un plaisir pour les yeux, les papilles de Valérie semblent avoir été complètement déroutées. ;-)

Gabrielle, elle, a optée pour un plat de pétoncle, pancetta et champignons… dont j’avoue n’avoir pris la photo que pour le Capricieux, car moi les pétoncles… non merci! hehe!

Place aux primi…. c’est là que les choses se corsent!

Après une semaine à fantasmer chacun de notre côté sur les gnocchis de Graziella, nous nous sommes confrontées à un méchant gros dilemme. Nous nous regardions les trois avec des yeux piteux: to order or not to order… chacune une assiette de gnocchis!

On s’entend qu’avec la qualité de plats que le menu de Graziella nous propose, commander trois fois le même plat est un péché grave!

Dans nos choix secondaires se trouvaient les raviolis et le risotto. Nous avons aussi jetté un coup d’oeil sur les viandes de la section secondi mais c’était clair dès le début, ce serait des pâtes.

Puis nous avons contemplé l’idée de partager les plats mais notre ventre ne criait qu’une chose… gnocchis, gnocchis, gnocchis. Et gnocchis ce fût.

«Comme de petits nuages»

C’est ainsi que notre serveur, qui semblait à la fois interloqué et amusé de voir chaque plats se faire mitrailler par la horde de bloggeuses affamées, nous a décrit les fameuses pâtes de ricotta et Grana Padano.

Et c’est vrai qu’ils étaient divins!

On a aimé le fait qu’ils aient une texture beaucoup plu légère que ceux fait à base de pommes de terre, d’où leur vient le terme de petit nuage sans doute. La sauce aux tomates fraîches et basilic, qui recouvrait nos gnocchis, était désarmante de simplicité, complètement dépourvue de flafla. Exactement le genre de sauce que je demande au Capricieux de me faire depuis des lustres… *hint* (bon bon bon, oui je suis gâtée.)

Le resto a une belle ambiance, calme. Derrière nous un 5 à 7 allongé entres amis, à nos côtés une mère et sa fillette qui partagent un plat de pâtes. Tous se côtoient sans heurt dans cet environnement aux allures à la fois moderne et classique.

Pour dessert, un tiramisu vraiment délicieux!

En conclusion, excellent repas et fabuleuse soirée entre filles, la prochaine fois, on y retourne pour tester l’osso bucco.

Bon appétit!

————————
Graziella
116, rue McGill
Montréal

514 876-0116

Publicités

11 réponses à “Du haut du septième ciel, salut!

  1. LOL quel jeu de mots bien placé! ;-) Encore une fois superbes photos, je suis jalouse! Va falloir que tu me donnes des cours!

  2. Je suis tout à fait d’accord avec Valérie, tu fais de sublimes photos! :) Ça donne l’appétit (tiens, il est midi justement :)

  3. Ho!
    Merci que le monde est petit…
    j’avais justement ce Resto dans les prospect pour les Marmitons 2011-2012. Grace à toi je n’hésite plus. Je mettrai tout mes efforts pour convaincre Graziella Battista de venir Partager sa passion.
    Au plaisir
    Jean-Michel

  4. Vos articles me donnent toujours super faim… et il est encore tôt!!! Magnifiques photos comme d’habitude!

  5. Ho! que j’ai manqué qql chose…! J’aime bcp la première photo! Une visite s’impose… :)

  6. Bon eh bien je le rajouter à la liste des restos à tester AB-SO-LU-MENT… J’ai faim !!!

  7. vais… le rajouter…
    J’ai tellement faim que j’oublie des mots.
    (mais que fait-elle devant son écran au lieu d’être devant son assiette ?)

  8. Pingback: Souper de filles chez Graziella « La déroutée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s