Archives de Tag: Dégustation

Vins grecs et… sushis!

Ce sont des jeunes passionnés, à la recherche de vins vrais,

qui misent sur le plaisir de la découverte!

Je vous présente Aurelia, Théo et Alexis et ils forment ensemble l’agence de vins Oenopole! Un trio explosif qui recherche dans le vin, le coeur de son créateur et qui s’intéressent tant au terroir qu’à l’émotion qu’il déclenche.

Ce qu’on apprécie de leur travail c’est qu’ils partent à la recherche de coups de coeur et qu’ils nous reviennent non seulement avec de la qualité, mais avec des récits de voyages. Lorsqu’ils nous parlent de leur vignerons, on a qu’une seule envie: tous les adopter.

La Capricieuse les a rencontrés lors de l’événement Big in Japan, but Bigger in Greece! Oenopole organisait cette rencontre afin de faire découvrir ses vins grecs, tous en dégustant la délicieuse cuisine du Kaizen sushis.

=.=

Tout d’abord nous étions bien entouré de gens connaisseurs mais sans prétentions, nous pouvions sans gêne poser toutes nos questions de néophytes. Plusieurs en ont profité! (hello!)

Dernièrement le coeur d’Oenopole a élu domicile en Grèce, et plus précisément sur l’île de Santorin. De cet archipel volcanique, ils nous ont rapportés trois vins du domaine Argyros que nous avons dégusté avec bonheur.

=.=

Sur les deux photos ci-haut, voici Aurelia Filion et Theo Diamantis, deux des trois comparses de l’agence de vin Oenopole avec Alexis Fortier-Lalonde, aussi présent ce soir-là!

=.=

C’est sur des plateaux de fruits de mers décadents de chez Kaizen sushis, que nous avons eu l’honneur de déguster ces vins grecs. Des vins blancs minéraux, acidulés et nets, qui s’accordaient vraiment bien à notre menu de par leurs goûts citronnés et frais.

La Capricieuse (n’étant pas l’amateur de poissons et fruits de mers qu’on aimerait qu’elle soit!) se voyait très bien allier son verre d’Atlantis en apéro avec des feuilles de vignes, ou pour être dans le ton, sur une bonne grosse salade grecque.. miam!

Le chef Antonio Park a vraiment fait un travail extraordinaire dans la cuisine. C’était ma première fois à ce resto et je veux définitivement y retourner!

=.=

Cassady Sniatowsky, sympathique co-proprio et sommelier du Kaizen c’est vraiment bien occupé de nous, merci!

=.=

En dessert on nous a servis des churros (j’adore les churros!) avec une crème au thé vert… et un verre de Vinsanto 1988!

Wow! J’ai été renversée par ce vin liquoreux, sucré et complexe, qui s’harmoniserait vraiment bien… chez nous! ;) Si j’ai bien compris, ce vin est vieillit 17 ans dans des barriques de chênes puis 3 ans en bouteille.

Je ne sais pas pourquoi, mais après une gorgée de Vinsanto j’étais rendue sur un balcon d’une île de Grèce, un soir d’été. Les hommes qui grillent un p’tit cigar, et les femmes, une palette de choco 70% au bec…et de la musique, of course!

Η ζωή είναι ωραία!

J’ai tellement passé une belle soirée en charmante compagnie. Beaucoup de rires, beaucoup de bons vins et de bonne bouffe…

Je lève mon verre à la gang d’Oenopole qui a accompli sa mission: Nous avons bu bon, nous avons bu vrai!

————————-
Pour en savoir plus sur Oenople et sur leurs prochaines activités:
Oenopole.ca

M comme Geoff

Il y a quelques temps, le 23 novembre dernier pour être précis, nous avons reçu un courriel d’une entreprise de relation publique.

On nous demande si nous voulons participer à une dégustation de la nouvelle Molson M et possibilité de discuter avec Geoff Molson de la dite bière. L’invitation est pour le lendemain de 16h30 à 17h30 à la cage au sport du Centre Bell.

Ok! Pourquoi pas!

La Capricieuse, qui est une plus grande connaisseure et amateure de bière que moi, ne peut y aller alors c’est le Capricieux, buveur de drink de fille sucré, qui se présentera le lendemain à la dite dégustation.

Cette journée-là j’avais un meeting à Laval en après-midi, donc loin du centre-ville.

– 16h15, je quitte l’île Jésus…d’après moi je vais être en retard! Mais bon, je me dis aussi que personne ne va remarquer le gars en retard, le gars qui connaît pas trop la bière, à travers tout un groupe de connaisseurs concentrés à discuter de la nouvelle Molson.

Malgré mon retard, je décide d’arrêter chez moi pour m’habiller un peu plus propre. En passant à la course à coté de la table de la cuisine, j’aperçois du coin de l’oeil les cartes d’affaires des 2capricieux et je me rappelle que ma blonde m’a dit d’en prendre. Bah! J’ai pas le temps, et qui va me demander ça là-bas anyway.

– 17h, je suis sur avenue du Parc, mon cell sonne, c’est un des gars de la compagnie de R.P. qui me demande si je viens toujours.

«Oui, oui, désolé du retard, mais je suis en route».

Dans ma tête:

«Il est donc ben motivé et soucieux pour son client lui, appeler toute sa liste d’invités comme ça!»

– 17h10, cellulaire qui sonne encore…voyons, c’est le gars motivé de tantôt encore!

«j’arrive, je viens de me stationner en face du Wand… euh, sur de la montagne!»

Il m’attend à la porte de la cage au sport, que je pense fermée à cause de l’événement en question…

– 17h15, (ça fini à 17h30 :() j’entre enfin pour je me rends compte que non, la cage est pas fermée, c’est la clientèle habituelle d’avant-match.

==

C’est que l’événement a lieu au pallier inférieur de la cage. J’avance vers le fond du local et il reste une place à la table réservée pour la dégustation de Molson M qui compte… 9 personnes! Pas 26!! 9 dont Geoff Molson, la brasseure Karine Brunelle, la responsable du branding pour la M, deux autres blogueurs, les représentants de la compagnie de relation publique et un sommelier…

Bravo! 1re gaffe de la soirée: j’aurais pas du arriver en retard!

Je suis super gêné lorsqu’on me présente tout le monde, moi qui pensait passer inaperçu, c’est raté! On me sert illico une pinte de Molson M et j’y goûte immédiatement… Aaaahh ça fait du bien, on relaxe.

Avant de vous donner mes impressions sur la M, je vous rappelle que je ne suis pas un grand connaisseur/amateur de bière mais quand j’en bois, c’est habituellement de la lager. Alors, lorsqu’on me demande mes impressions (gardez en tête que Geoff Molson est en face de moi et  écoute la discussion), je dis:

«Moi ce que j’aime pas de la bière, c’est l’arrière goût et celle-ci en a presque pas! Quand je bois de la bière la plupart du temps c’est des lagers parce qu’il y a moins d’amertume… comme genre, la Labatt Bleue!»

Ouch! 2e gaffe de la soirée, en présence de Geoff Molson, je parle de LABATT Bleue

C’est déjà gênant de dire que je bois de la Bleue (en plus je ne bois pas QUE de la Bleue, tsé!!)… fallait que je dise ça direct à  M. Molson!

Vite! J’essaie de me rattraper en disant que je bois aussi de la Corona (distribuée par Molson, ouf). Pas sur sur que ça ait fonctionné par exemple!

Un peu plus tard, M. Molson me demande ce que je fais dans la vie. Je passe vite les détails de ma vraie job et je m’attarde à parler de notre blogue et je pars: Critiques et récits de nos sorties restos, recettes, événements. Je parle de notre soirée chez Molson avec le chef Ian Perreault pour la dégustation de la Richard’s Dark, bla bla bla…  et attention – jamais 2 sans  3 – la 3e gaffe s’en vient (dans le fond elle était déjà faite, on me l’avait juste pas dit… j’allais le réaliser à l’instant!)

Geoff Molson: « Ça semble vraiment intéressant votre blogue, est-ce que je peux avoir ta carte d’affaire?»

CALICE! J’aurais-tu dû prendre les cartes sur la table quand je suis passé chez-nous, oui?!! (là j’entendais la Capricieuse me dire: Je te l’avais bien dit!)

Plus tard dans la soirée j’ai discuté avec la brasseure, qui, soit dit en passant, est graduée de la Polytechnique (LA meilleure école de génie canadienne, une autre histoire ;) ). J’ai eu le droit à l’explication complète du processus de fabrication de la bière en général en plus des particularités du brassage de la M. C’était fort intéressant et j’en ai beaucoup appris. En gros, le processus de microgazéification permet d’injecter dans la bière des plus petites bulles de CO2 et le tout se fait plus rapidement également.

Avant de partir, M. Molson nous a autographié une bouteille avec la date de l’événement! (Et quelqu’un a ouvert ma bouteille durant un événement 2Capricieux, snif snif!)

Si j’ai hésité longtemps avant de sortir ce billet, c’est que je ne pense pas avoir les connaissances requise pour faire une bonne évaluation de la M… autre que sa légèreté et son absence d’arrière goût.

Mais étant donné que j’ai vraiment apprécié le temps passé avec Monsieur Molson et ma conversation avec Karine Brunelle, je me suis dis que mieux vaut tard que jamais.. et voici ma petite anecdote de la fois où j’ai essayé la Molson M!

À vous de voir si vous voulez en faire l’essai à votre tour!

Et de trois, fini!

Terminé! La tornade japonaise sur Parc-Ex s’en est allée sans trop de dégâts!

Encore une fois ce fût extrêmement agréable et ce coup-ci: très chaleureux!

Disons qu’au départ nos invités étaient tous comme pris dans un pain à jaser et à faire connaissance (mais moi je sais qu’ils vénéraient notre lampe) ce qui a tôt fait d’augmenter la température ambiante de quelques degrés. Puis peu à peu les gens se sont dispersés et il y eut assez de places pour que quelques convives se mettent même à danser… la salsa!

Caliente!

Hier soir le service roulait à fond la caisse grâce à tous nos chefs, et mention spéciale à nos plongeurs, chapeauté par Isabelle, qui ont joué un rôle crucial. Une tâche ingrate s’il en est une, mais oh combien déterminante dans le roulement entre les services. Un jour nous aurons assez de vaisselle pour pouvoir passer la soirée sans compter autant sur la plonge, promis!

Plusieurs recettes ont été exigées, je pense entre autre à la soupe miso, aux gyozas et sa sauce, ainsi que le poulet tempura (un hit sans aucun doute). Malgré que les chefs aiment bien garder quelques secrets, nous sommes un grand livre ouvert et surtout, notre plaisir est dans le partage.. pour ceux qui ne l’avait peut-être pas saisi encore hahaha! Alors recettes il y aura, mais permettez nous de prendre quelques jours pour tout décanter et nous vous livrerons le tout avec un énorme plaisir.

Si vous avez envie de partager quelques photos avec nous (car bien entendu nous avons négligé un peu cette partie, occupez que nous étions à cuisiner et .. manger!) envoyez-nous le tout à 2capricieux sur gmail, que ce soit les photos ou le lien vers votre album. Tous les crédits vous serons accordés ne soyez pas inquiets!

Sur ce, bonne St-Valentin!
zzzzz

Et de deux!

Hier soir nous avons complété la deuxième soirée sous le thème du Japon.

J’ai choisi cette image pour représenter la soirée puisqu’on y voit quatre mains en train de préparer le service du tartare de pétoncles.

On le dit souvent mais, c’est toute l’aide que nous recevons de la part de nos invités qui fait la différence.

Pour cette deuxième soirée: beaucoup de vin renversé.. notre belle (notez l’ironie) lampe de cuisine amochée, et la flamme olympique.. regardée. Bien sur, encore de très belles rencontres avec de parfaits inconnus qui sont rapidement devenus, comme des amis!

Le Capricieux a vraiment fait un sale boulot dans la cuisine, avec ses compagnons of course, je suis vraiment fière de lui. Présentement il parcours la ville à fin de re-re-refaire les courses pour acheter le poisson et la viande pour tout recommencer dès ce soir! De mon côté je termine le nettoyage des coupes à vin, je lave le plancher … et lavage il a grand besoin!

Alors on repart la machine pour une dernière fois, ensuite on se met sur le dossier compte-rendu et PHOTOS!

Et de une!

et de une première soirée 2Capricieux sous le thème du japon derrière la cravate! (sur un total de trois)

Merci à vous charmants cobayes invités qui êtes venus tester le menu japonais que nous avons imaginé depuis quelques semaines!

Merci de votre aide généreuse tant à la vaisselle, qu’au service et qu’aux fourneaux.

Tout au long de la soirée je ne cessais de me dire à quel point l’ambiance était bonne, le groupe était homogène malgré le fait que peu d’entre-vous se connaissaient au départ. J’étais impressionnée de la rapidité que vous avez mis à vous mélanger, certains avaient l’air de se connaître depuis toujours! Entendre les rires, les verres de vins s’entrechoquer et surtout, et ça me fait sourire pour vrai, vous voir courir derrière le plat de service pour voler une deuxième (quatrième) bouchée… c’est définitivement notre paye.

Tout ça et… on prends toujours un malin plaisir à aller se présenter incognito pour voir la surprise dans les visages qui réalisent qu’ils sont… chez nous!

Pour les photos, vous avez peut-être déjà vu quelques images ici et là de la bouffe, mais nous allons attendre après la tenue des 2 autres soirées avant de faire un vrai compte rendu en bonne et due forme.

Vous savez, plusieurs nous ont dit qu’ils nous trouvaient bon de faire ce genre d’activité… c’est vrai qu’on est motivé, on aime vraiment ça recevoir! Vous dire le feeling qu’on a lorsque tout roule comme sur des roulettes, l’adrénaline me coule encore dans les veines au moment où je vous écris ces lignes. Mais on ne le dira jamais assez, sans l’aide de tout le monde, ça serait impossible.

Et le plus beau dans tout ça? L’aide arrive d’elle-même, spontanément comme ça vous embarquez dans l’aventure.

Merci!

MAJ: On parle de nous sur Blogosphère/Branchez-vous.com! À lire ici

Souper Marmitons de Mtl – Novembre 2009

Pour ma troisième et dernière visite aux marmitons de Mtl… Et oui, fini pour moi les soupers marmitons…

…comme invité!!!…Woohoo! Je deviens un vrai marmiton au prochain souper de décembre!

Vous avez eu peur non? Pensez-vous vraiment que je quitterais ce paradis du cuisinier amateur? Oh que non!

Alors, après cette introduction aussi dramatique que la récente victoire des Alouettes à la Coupe Grey, passons à ce qui vous intéresse vraiment, la description du 3e souper des Marmitons de Montréal de l’automne 2009. Pour ceux qui ne connaissent pas le concept Marmitons, il s’agit d’un regroupement d’hommes qui partagent au moins une chose, l’amour de cuisiner.

Alors, on se rencontre 1 fois par mois dans une cuisine d’une école d’hôtellerie pour cuisiner ensemble avec un chef invité et ensuite, bien sur, on déguste le tout!

Pour débuter les explications de la soirée, voici les chefs invités (oui, oui, 2 chefs cette fois-ci!)

Chef Maksim Morin:

À l’âge de 24 ans il était déjà le chef du Liverpool House et de Joe Beef et maintenant il va très bientôt voler de ses propres ailes en tant que chef propriétaire du presque ouvert Le Chien Fumant.

Il a aussi collaboré à  la conception du livre Pachamama – cuisine des premières nations et participe également à l’émission du même nom.

Chef Lysanne O’Bomsawin:

Chef du Wanaska Wabanaki un petit service de traiteur de cuisine autochtone à Odanak. Les éléments de base de sa cuisine sont tirés des aliments sauvages d’autrefois.

On l’a également vu dans la série Pachamama.

Comme vous pouvez le constater, notre souper aura une forte influence autochtone et/ou du terroir québécois.

=

Sans plus attendre, voici le menu de la soirée

– Premier service: Tartare de truite fumée aux récoltes d’automne et Bannique au four.

La truite a même été fumée sur place par les marmitons! C’était parfait comme entrée, je prendrais ce tartare en met principal anytime! La bannique est tout simplement un pain traditionnel sans levure, très bon, mais assez lourd alors il ne faut pas trop de tranches si on veut se rendre jusqu’à la fin!

– Deuxième service: Langue de veau braisée, oignon mariné, cresson et émulsion chaude à la moelle, pommes paille.

Première expérience ici! Je n’avais jamais mangé de langue de veau et ce fût une autre belle découverte. J’en remangerais volontier et la présentation du chef Maksim était très originale. Au lieu de mettre le tout dans des assiettes individuelles, le tout a été présenté sur une planche à couper! (vous verrez le résultat à la fin du billet)

– Troisième service: Doré rôti, tomates confites, ragoût de crevettes et calmar rouille.

C’était le service que notre équipe avait la tâche d’accomplir alors je peux vous en parler un peu plus.

Nous avons appris à enlever la partie centrale des filets de doré et comment couper les calmars, une partie qui se mange pas.

Vous savez quand vous cuisinez, comment il manque toujours un petit quelque chose pour rendre une sauce, un ragoût ou tout autre met, parfait? Il faut ajouter un peu de ceci, un peu de cela, goûter… recommencer le cycle jusqu’à l’atteinte de la perfection, c’est un définitivement un art.

Et bien j’ai adoré regarder Maksim improviser, avec succès, pour améliorer notre plats avec des ingrédients qui n’étaient pas sur la recette originale. Suivre une recette n’est pas ma force trop trop et adorant improviser en cuisine, j’ai été servi lors de cette soirée.

Parlant d’art, la présentation de notre plat, qui nous a pris 10 secondes à faire, était vraiment originale , ça montre la force de l’improvisation!

Bref, il y avait longtemps que je n’avais pas mangé de Doré et la cuisson était juste à point. Le ragoût de crevettes et calmars est définitivement à recommencer au plus vite pour le plus grand plaisir de ma Capricieuse! (NOT!)

– Quatrième service: Suprême d’oie à la canneberge et riz sauvage aux noisettes et cèpes.

Encore une première, je ne pense pas avoir déjà mangé de l’oie autre qu’en pâté ou en terrine et j’ai adoré! C’est donc à recommencer aussi. L’oie c’est bon mais my god le riz sauvage… essayez ça, des noisettes dans du riz, vous verrez ça vaut le détour!

– Pré-dessert: Terrine à l’érable, au fromage de chèvre.

Un mélange qui peut sembler surprenant mais qui est simple et délicat comme goût.

– Dessert: Bagatelle d’érable et canneberge.

Petit oublie ici, une équipe c’était fait demander de faire le dessert mais avait mal compris…  et ne l’ont pas fait!! À la dernière minute, notre vaillante équipe a décidé de s’en occuper (ouf!).

Il y avait quoi là-dedans? Un gâteau simple coupé avec les mains, une compote de pommes très sucrée, une confiture de canneberges et, la cerise sur le sundae, deux genres de meringue/crème/mousse à l’érable combinées ensemble… AYOYE!

Voici les produits finaux!

Tartare de truite fumée aux récoltes d’automne et Bannique au four.
..

Langue de veau braisée, oignon mariné, cresson et émulsion chaude à la moelle, pommes paille.
..

Doré rôti, tomates confites, ragoût de crevettes et calmar rouille.
..

Suprême d’oie à la canneberge et riz sauvage aux noisettes et cèpes.
..

Bagatelle d’érable et canneberge.
..

Lors de ces soirées, il ne faut jamais oublier le vin qu’on nous sert et qui est choisit en accord avec le menu par notre marminton sommelier attitré Michel.

Encore une fois on doit lui lever notre chapeau de marmiton!

Pour plus encore sur mon expérience aux Marmitons:

Cliquez ici pour la soirée de septembre 09 avec le chef Alexandre Gosselin
Cliquez ici pour la soirée d’octobre 09 avec le chef Pierre Jean Ganne

Foncée dans le noir

La semaine dernière nous avons été invités, avec d’autres blogeurs à découvrir la toute nouvelle bière de la famille Molson, la Rickard’s Dark.

Je ne suis pas un grand amateur ni un grand connaisseur de bière de prime à bord, alors je regardais l’invitation de la Capricieuse d’un oeil distrait. Oui, je devrais faire un effort pour découvrir la bière… mais il y a tellement de choses à explorer coté boissons que je ne trouve jamais le temps.

Comme la dégustation était accompagnée de bouffe et que je suis « un peu » gourmand, je me suis dit que se serait une bonne occasion pour les 2Capricieux de découvrir une nouvelle bière. Puis j’ai réalisé que le chef invité était Ian Perreault! Maintenant c’était impossible de passer à coté de l’occasion!

Voici quelques infos intéressantes que nous avons eues à propos de la nouvelle Rickard’s Dark:

  • La bière Rickard’s Red a vu le jour en 1983 à la Brasserie Molson de Vancouver.
  • Un produit au goût riche, chaud, malté, sucré et net qui présente de subtils accents de sirop d’érable pur fabriqué au Québec.
  • La Rickard’s Dark fait partie de la famille des porters, qui se distinguent des autres bières par l’utilisation du malt noir, contrairement aux stouts, qui sont plutôt fabriqués à partir d’orge rôtie (non maltée).

Après avoir dégusté une bière froide et socialisé avec les autres invités, il fût temps de passer à la portion culinaire de l’événement avec le chef Ian Perreault!

Mandaté par Molson, Ian Perreault nous a concocté 5 plats originaux et avait comme consignes  non seulement d’y incorporer la Rickard’s Dark, mais de veiller à ce que chaque mets respecte l’accord mets/bière.

Pour célébrer le caractère sombre de la Dark, le lancement avec les médias old school (i.e. les journalistes lol!) a été fait au restaurant O noir.

Pour garder un peu la même ambiance, ils ont décidé de nous mettre des bandeaux sur les yeux en plus de nous plonger dans une salle sombre. C’est assez spécial de ne rien voir et de manger en même temps! Le goût se décuple, les saveurs s’intensifient et notre cerveau fonctionne à 100 miles à l’heure en écoutant le chef décrire ce qu’il y a devant nous.

En allant à tâton devant moi pour trouver nos plats, j’avais peur de renverser mon verre de bière!

… en fait, ma plus grande crainte était de laisser quelque chose dans une de mes assiettes, mais je le dirai pas, je vais avoir l’air trop glouton!

On nous a tout à bord servi 3 assiettes froides:

Ceviche de pétoncles U-10 à la bière Rickard’s Dark, pomme rouge et feuilles de coriandre:
– Goût et  fraîcheur des pommes avec les pétoncles, la coriande et la vinaigrette à la bière… divin!

Gravlax mariné dans la bière:
– Délicieux mélange et que dire de la mayo en accompagnement!

Tartare de filet de bœuf AAA, émulsion au fromage blanc, bière Rickard’s Dark et chips de taro:
– Magique et définitivement à tenter à la maison! petite anecdote, la Capricieuse s’en ai fait offrir une deuxième assiette et a dit « non, merci » parce que ça la gênait *$&%?$&

Je veux pas écoeurer personne qui était là avec nous, mais comme la capricieuse ne mange pas de poisson et de fruits de mer… ben j’ai eu 2 portions des pétoncles et du gravlax :)

Pour les 2 plats chauds:

Lait de potiron, dumplings de côtes levées à la bière Rickard’s Dark, mélasse et lardons rôtis.
– La soupe était écoeurante, et les dumplings ont définitivement volé la vedette. Nous avons même convenu les refaire pour le prochain Superbowl!

Bâtonnet de Polenta farci au canard et au fromage de chèvre avec réduction à la bière et au foie gras :
– J’ai-tu vraiment besoin de vous dire à quel point c’était bon???

————————

En conclusion, une très belle soirée et pour tous les plats ce fût vraiment intéressant de goûter à l’accord mets-bière, une tendance de plus en plus en vogue et définitivement à surveiller.

Un repas du tonnerre de la part d’un chef incomparable, généreux et avec des talents indéniables d’animateur de soirée!

À découvrir si vous ne connaissez pas, Ian Perreault – Prêts-à-manger sur Bernard (à côté du théâtre Outremont)

> Toutes les photos ont été prises par le Rickard’s Dark Insider puisque nous étions plongé dans le noir!

Souper Marmitons de Mtl – Octobre 2009

Le 24 octobre dernier, je participais à mon second souper organisé par les Marmitons de Montréal.

Pour ceux qui n’ont pas suivi ma première expérience et qui veulent en savoir plus sur le concept (en gros, une gang de gars qui cuisinent avec une ou un chef invité) voir le lien suivant. Le chef invité était cette fois-ci Pierre Jean Ganne du service de traiteur Le Trèfle à Québec.

Il nous avait concocté tout un menu, j’en salivais juste à lire la première ligne…

Alors sans plus attendre voici ce fameux menu:

Les bouchées:

  • Thon rouge à la flambé de miso, mayonnaise soja
  • Tartare de saumon à la rémoulade de fenouil

Crustacé:

  • Marinière de pétoncle U10
  • Beurre de pamplemousse
  • Pétoncles princesses crus
  • Émulsion de thé

Le foie gras:

  • Brioche d’oignon blanc au cumin, Chèvre frais
  • Foie gras de canard poêlé; citron de poivre noir de Malabar

Pâturage:

  • Filet de boeuf rôti aux champignons sauvages
  • Collection légumière

Le pré-dessert:

  • Comète de panais et Tanzanie à la fleur de sel

Le dessert:

  • Crumble de fruits de saison
  • Glace à l’orchidée

Notre équipe de 5 s’est vu attribuer le pré-dessert et le dessert, nous nous sommes immédiatement mis sur la préparation du pré-dessert (sans vraiment savoir ce qu’on faisait à part qu’on devait peler les panais…).

Je tiens à préciser que les gens qui surveille leur taux de cholestérol vont avoir des frissons… les panais, on les a fait cuir dans la crème 35% au lieu de simplement dans l’eau! Je n’avais jamais vu ça! menoum! Ensuite, nous nous sommes attaqué au crumble, c’est à dire faire la pâte qui allait être le fond et le dessus de notre dessert.

Le chef était partout, on avait une question, il était là, on s’apprêtait à débuter une nouvelle étape de notre mission culinaire? Il était là, toujours au bon moment et pour chaque équipe… me suis demandé toute la soirée comment il faisait. Que de planification et d’années d’expérience derrière les fourneaux!

Il connaissait chaque étape de production par coeur et était prêt pour tout inconvénient… manque de crème? Ajoutez du lait. Et tout était tellement bien calculé: on avait 48 personnes à servir, on aurait même pas pu lécher le fond d’une casserole, aucune perte!

D’ailleurs un ami et moi avions cette devise à l’université mais ça voulait plus dire qu’on mangeait jusqu’à ce que le frigo soit vide… pas la même chose je pense!

L’expérience fut différente de la première, parce que ce n’était pas le même chef. On dirait que la troupe des marmitons s’acclimate vraiment rapidement à chaque chef et c’est qui a rendu mes deux premières expériences de marmiton intéressantes.

C’est également ce qui me pousse à vouloir y retourner le plus souvent possible!

Pour ce qui est de la dégustation du menu, les bouchées explosaient littéralement dans la bouche, je vais essayer de refaire le thon c’est assuré. La plus belle assiette était sans contredit celle des 2 pétoncles.

Le U10, veut dire 10 pétoncles à la livre (vous pouvez imaginer la grosseur) était simplement grillé au chalumeau, le beurre de pamplemousse était fabuleux et que dire du pétoncle princesse et de son émulsion au thé…

Cette fois-ci le foie gras ne me faisait pas peur, j’espérais seulement que ce soit aussi bon que la dernière fois. Je peux vous dire que je suis officiellement un amateur de foie gras maintenant. De petites choses simples peuvent tellement ajouter à un plat parfois. Déjà que ce plat était succulent, le jus de citron ajouté à la dernière minute ajoutait une touche surprenante.

Ce que je retiens le plus du service suivant, c’est les champignons, la viande était cuite parfaitement et comme je l’aime, saignante. Mais les champignons volaient la vedette. Les autres légumes étaient cuits al dente. Que demander de plus!

Nous voici rendu au pré-dessert, je me demandais sérieusement à quoi servait un pré-dessert… à part d’être le service juste avant le dessert!

Et bien le chef a très bien expliqué que c’est une question de transition entre le salé et le sucré… Alors notre purée de panais a cuit avec du sucre, et de la crème!! (je le sais, je me répète…mais cuire des légumes dans la crème…come on! le rêve!!!)

C’était servi avec une framboise et un mini moelleux au chocolat saupoudré de fleur de sel. Le résultat est magique, une parfaite transition après la viande. Le dessert ne fut que meilleur après ce pré-dessert.

En parlant du dessert, vous auriez du voir le caramel fait à base de sucre et sirop d’érable dans lequel nous avons ensuite fait cuire les fruits (pommes et fraises.) La crème glacée était constituée de crème bien sûr, mais aussi de la crème dans laquelle le panais avait cuit. Ajoutez à ça de la vanille… divin. Et le mélange crumble aux fruits et crème glacée est assez dur à battre.

Voici quelques images du produit fini!

> Les pétoncles
..

> Le foie gras
..

> Le dessert

En résumé, une journée de cuisine et d’apprentissage très intéressante et une soirée de dégustation inoubliable.

Vivement la prochaine soirée! Après je vais pouvoir devenir officiellement un marmiton!!

Obra maestra!

Mini sandwich grillé au cheddar fort, agneau au xérès, tomates et roquette.

Oh mes amis, voici un grilled-cheese concocté expressément pour vous. Vous dire que le résultat est vraiment divin est un understatement.

Mon Capricieux c’est vraiment surpassé!

Alors voilà, on est en train de réorganiser l’espace de notre appartement pour mieux vous recevoir, c’est que c’est pas grand chez nous hein! On tasse la table et les divans, on prévoit des chaises pour tout le monde, on compte les assiettes… on shit, on en a juste 8! Next time on va faire ça « Bring your own wine, chair and plate »  – meeeh non! ; )

Ok ciao! On se voit samedi pour les uns, et vendredi le 9 pour les autres!

> Pour voir d’autres essais tapas c’est ici!


Comme un poisson dans l’eau

La première fois que j’ai eu cette sensation indescriptible, celle d’être autant à ma place, c’est à Calgary.

Une bonne soirée une amie connaissant mon intérêt pour la cuisine m’a généreusement proposé de visiter la cuisine du restaurant familial.

Vous dire le feeling ressenti devant ces grands espaces où l’on devinait l’action de la soirée qui venait de ce terminer. Je pouvais m’y voir prendre place derrière les fourneaux! Oh le plaisir d’avoir TOUT à porté de mains, et que dire des espaces de travail immenses, des appareils et outils professionnels! Juste assez pour avoir spontanément envie d’y inventer de nouvelles recettes, vivre le plaisir de s’y lancer sans même devoir ce soucier s’il manquera quelque chose en cours de route. Pouvoir se lancer en plein processus de création et oublier tout le reste.

Ma soirée d’hier n’a fait que confirmer ce que je craignais depuis longtemps…lorsque l’on deviendra propriétaire, la cuisine va coûter cher en *$&%?*%.

Donc, ce samedi, je participais à ma première soirée avec les Marmitons de Montréal. Le concept des Marmitons est de se regrouper entre hommes pour cuisiner sous la supervision d’un grand chef. Pourquoi il n’y a pas de femmes dans cette organisation? Tradition oblige! Par contre les conjointes des marmitons sont invitées quelques fois par année à venir déguster ce que leurs zommes ont préparé. [Question d’éviter les divorces et de se garder quelques points pour les playoffs!]

Comment faire pour devenir un Marmiton?

Il faut être invité 3 fois par un des membres afin d’être accepté comme Marmiton! Il s’agit d’un cercle assez fermé, mais quand même accessible si vous connaissez un membre.

Alors, je me suis retrouvé dans mon élément samedi après-midi dans la méga cuisine d’une école d’hôtellerie qui avait été louée pour l’occasion…que c’était beau! Des chaudrons partout, des immenses hottes et des ronds de poêle au gaz à perte de vue…moment d’extase!

Pour ma première visite et la première soirée de la saison des marmitons montréalais, le chef invité était Alexandre Gosselin, chef et copropriétaire du restaurant Bar et Boeuf de Montréal. D’ailleurs vous pouvez lire une courte biographie sur le site de son restaurant.

Le menu qu’il a élaboré pour la soirée est le suivant:

  • Salade de tomates cerise heirloom, jeunes fèves de soya, noix de pin, balsamique blanc, espuma au mozarella di buffala.
  • Foie gras de canard poché au vin rouge épicé, purée de dattes meedjols, orange amère et pain d’épices.
  • Sur une purée de courge butternut/marron, éclats de noisette, champignons de saison, moussante à la truffe.
  • Granité au vin rouge épicé et foie gras.
  • Ris de veau et pétoncles rôties crousti-fondant, purée de pois chiche aux zaatar, vinaigrette vierge au chorizo/sirop d’érable/mangue.
  • Pannacotta à la vanille Bourbon, sirop basilic et fruit de la passion.

J’en connais déjà une couple qui salivent à la lecture de cet attirant menu…Mais ce ne fût pas le cas pour moi!

Je m’explique, malgré que j’aime pas mal tout ce qui se fait comme cuisine, j’ai toujours eu de la misère avec le foie gras. Demandez moi pas pourquoi…je ne sais pas…Et du ris de veau? COME ON!! il y a une raison pourquoi j’en ai jamais mangé!! Et en plus le pannacotta n’est vraiment pas mon dessert favori…

> bon départ pour une recrue n’est-ce pas?

On se retrousse les manches et on se dit que le but est de cuisiner avec des gens qui sont aussi passionnés que soi-même et que peut-être on va être surpris du résultat.

Pour cuisiner les 5 plats, nous avons été séparés en 5 équipes de 5.

Notre équipe fût chargée de la purée de courge butternut et cie, ma première impression? [En plus on pogne la plat du menu qui a l’air le moins intéressant coté culinaire!!]

J’ai été chargé d’enlever la tite peau qui reste sur les noisettes, ça semble futile mais c’est quand même le fun quand tu sais que ce que tu fais, malgré sa simplicité, aide ton équipe à réussir un plat!

Petite parenthèse, nous avons reçu notre premier verre d’alcool alors que nous n’avions même pas encore tous nos ingrédients sur nos jolies tables en acier inoxydable, une vraie affaire de gars tu dis? Tout ce qui manque au concept serait des télés dans les cuisines avec des matchs de la NFL…

Je ne vous raconterai pas toutes les étapes de la confection de notre plat (soit la purée de courge butternut/marron, éclats de noisette, etc), parce que ça serait trop long! [lire ici que je veux reproduire chez-nous et que je veux garder une certaine exclusivité!!] mais le résultat fût surprenant: une purée parfaitement homogène, garni de 4 variétés de champignons sautés, suivi de mes parfaites noisettes et de la mousse à la truffe.

Verdict du plat qui semblait le plus « ordinaire » de la soirée (selon ma première impression)??

O.M.F.G!

Traduction: Out of this world! [ok, c’est pas vraiment la traduction, mais je pouvais juste pas l’écrire.] Toute la subtilité dans la simplicité, je fût très impressionné.

Les autres plats faits par nos confrères étaient tout aussi bons et l’accord mets-vin fabuleux. Et il est arrivé quoi au foie gras et au ris de veau?? Les deux ont un nouveau fan, à vie probablement! Ils devront dire merci au chef pour ça! Et le pannacotta avec fruit de la passion et sirop de basilic ne laissait pas sa place non plus: À essayer à la maison très bientôt.

Petite cerise sur le sundae: lors du debriefing fait par le chef à la fin de la soirée, quelqu’un a demandé quel était le plat le mieux réalisé selon lui… je vous donne dans le mille: ce fût notre purée de courge!

J’ai vraiment adoré mon expérience et j’attend avec impatience la venue du deuxième événement.

Merci à Stéphan pour l’invitation!