Archives de Tag: Apportez votre vin

Qui, que, quoi, dont, où?

« Hey les Capricieux pouvez-vous me suggérer un apportez votre vin? Un resto pas cher dans le mile-end? Les meilleurs sushis en ville? »

Voici le genre de questions qu’on nous pose souvent, très souvent. Pas de problème, nous adorons nous creuser les méninges pour associer le meilleur resto avec la personne devant nous, selon ses goûts, son budget et ses intentions.

Comme nous n’avons pas le budget pour essayer TOUS les restos de la ville, un peu d’aide ne nous nuit pas!

L’année passée, je suis tombée sur le parfait petit guide pour nous aider à cette tâche. Il faut dire que du premier coup d’oeil je l’ai trouvé peu attirant! C’est superficiel mais faut que je l’avoue, je juge très souvent un livre par sa couverture, déformation professionnelle!

Heureusement, je creuse aussi plus loin et c’est avec un grand sourire que je suis repartie avec Solutions Restos.

Cette année, une version 3.0 (je n’ai pas vu passer la première édition) nettement améliorée côté look, a vu le jour et sous un nouveau nom: Restos Montréal – Les petites et grandes tables de la Métropole et les environs. De plus sur la couverture on y retrouve maintenant l’année, petit détail mais non le moindre car on sait déjà qu’on veut les collectionner.

Des guides de restos il y en a des tonnes alors pourquoi se procurer celui-ci?

Restos Montréal utilise un mode de classement très original pour présenter ses restaurants. Une façon qui m’a beaucoup interpellée et qui m’a fait acheter le livre sur le champ!  Il classe les restos en vous demandant ce que VOUS voulez, quelles sont vos intentions en allant au resto ce soir là.

Quel genre de soirée voulez-vous passer?
Avec qui allez vous manger?
Quel prix voulez-vous payer?

Chaque établissement choisi par les auteurs est présenté avec un résumé, un encadré avec un commentaire pertinent sur les plats ou l’ambiance (ma partie préférée), ensuite on nous donne quelques indications sur le meilleur moment ou les meilleures raisons pour y aller.

Un élément que j’aime vraiment beaucoup dans ce guide c’est qu’une fois le classement fait par type d’occasion, on brasse les cartes et on vous offre tous ces beaux restos vus d’un autre oeil:

Pour la meilleure pizza,
où manger seul le soir,
pour un premier rendez-vous galant

Si vous avez déjà Solutions Restos (2009) et que vous n’êtes pas un si grand amateur de tables montréalaises, que le fait que tel ou tel chef soit parti ailleurs est le moindre de vos soucis, un exemplaire 2010 n’est peut-être pas nécessaire. Par contre, une mise à jour importante des restos à été fait (car on sait bien que ça bouge vite dans ce milieu!) ainsi qu’un bon ajustements au niveau des prix alors si comme moi vous aimez BEAUCOUP la scène gastronomique de Montréal, vous aimerez avoir votre guide à jour.

Bref, même si avec internet aujourd’hui on peut trouver toutes les informations que l’on désire, je fais partie des gens qui sont amoureux des livres. Des mille et un guides que je possède (car oui j’en possède plusieurs autres) j’aime celui-ci pour son ton plus personnel. On aime entendre l’opinion des critiques par opposition à plusieurs guides qui, eux, se contentent de livrer mécaniquement les faits et non l’expérience et l’ambiance du restaurant. Ce guide est accessible tant aux novices qu’aux experts, de Montréal ou de l’extérieur et vous fera voir la ville sous un nouvel angle.

Trouvez-le ce guide pratico-pratique dans toute les bonnes librairies et profitez-en pour encouragez un libraire indépendant!

Restos MontréalLes petites et grandes tables de la Métropole et les environs
Marie-Claude Lortie avec Robert Beauchemin
Les éditions La Presse, 192p.
22,95$

—-

Une nouvelle catégorie…

Avec cet aperçu du guide Restos Montréal comme premier ouvrage, je me décide enfin à vous présenter les titres que j’empile dans ma bibliothèque. Travaillant dans le milieu du livre, j’ai accès à plusieurs ouvrages et je les collectionne avec passion… tellement que j’en oublie que ce sont des livres de recettes et souvent je ne fais que les lire sans jamais rien cuisiner.

On va se reprendre maintenant car je vais tenter de tester une ou deux recettes (ou à bien y penser, charger mon Capricieux de le faire…) avant de vous en parler!

Donc d’ici peu, vous devriez voir apparaître d’autres billets dans la catégorie « dans notre bibliothèque ».

Improvisation comparée ayant pour thème…

La démocratie n’existe pas lorsque les 2Capricieux sont en voiture.

Non, c’est toujours M. Capricieux qui conduit parce que Mme Capricieuse, qui porte très bien son titre, ne veut pas apprendre à conduire manuel…Dictature sans pitiée? Monarchie dont je serais le serviteur? J’arrête tout de suite les comparaisons politiques…ça ne me tente pas de coucher sur le divan pour une semaine!

Sérieusement, Madame est très curieuse et je pense que c’est plus pour avoir le plaisir de voir tout ce qui l’entoure et de faire de nouvelles découvertes qu’elle ne conduis pas. (ouf!! pas de divan pour moi!)

Tout ça pour dire que depuis un bon moment, je l’entend parler d’un restaurant sur St-Laurent, près de Beaubien que je n’ai jamais vu parce que je conduit et que je regarde devant moi. Ce n’est donc que tout récemment que nous avons essayé l’endroit mystère: le restaurant éponyme du chef Giovanni Apollo.

Bien que ce resto soit situé qu’à 15 minutes de marche de notre humble demeure (nous sommes revenus à pied..4 bouteilles de vin oblige), c’est un couple d’amis de Québec qui a eu l’idée de réserver un samedi soir pour faire l’essai de cette endroit au concept assez unique.

Nous avons tout d’abord été accueilli par un personnel professionnel, courtois et passionné par l’endroit. Le décor est épuré, du blanc principalement et une grande vitrine nous permettant de voir toute l’action dans la cuisine, et ça nous avons adoré. De plus, le chef vient faire son tour à chaque table pendant le repas et jase avec les convives (il signe même des autographes!) ce qui est hautement apprécié.

Chez M. Apollo, on fonctionne par thème. Si vous prenez les 3 services, vous approfondirez autant de thèmes.

Comment cela fonctionne? Vous choisissez un thème pour chaque service et on vous apporte 3 ou 4 déclinaisons de votre thème par service.

Ça semble compliqué mais c’est simple…une fois tout choisi. En entrée, par exemple, notre quatuor a choisi de partager 2 thèmes; riz et courgette. Le thème riz, notre préféré des deux entrées, incluait un risotto incroyablement succulent et riche (coup de coeur de ma Capricieuse), une délicieuse mousse avec une galette de riz soufflé en accompagnement, des boules de riz frites très savoureuses servies avec une trempette aux tomates. Et finalement, le meilleur riz aux légumes d’inspiration asiatique que j’ai eu l’honneur de goûter à date dans ma vie. Rien de moins.

Dans le thème courgette, il y avait un carpaccio de courgette époustouflant et une soupe présentée dans un mini bol qui ne sera pas oubliée de si tôt. Côté présentation c’est aussi beau qu’inhabituel, soit 4 ou 5 petits plats qui s’imbriquent un dans l’autres sur une planche de bois.

Alors c’est ça le concept, un thème, des déclinaisons. Lors de notre visite, les thèmes étaient les suivants:

Entrées: Riz, Courgette, Foie Gras
Plats principaux: Basse-cour, La mer, Crevettes et Langoustes, Laponie (des mets de cette région), Gibiers et finalement Agneau
Desserts: Pêche, inspiration de la pâtissière, Crèmes Brûlées, Glaces et Sorbets.

On a également l’option du prendre un plateau de fromage avant ou après le dessert (ce qu’on a bien sur fait pour finir nos bouteilles de vino)

Petite anecdote:

Lorsque nous sommes arrivés, le serveur était très enthousiaste. Il nous a expliqué patiemment le fonctionnement et la constitution de tous les plats. On remarque assez vite que sur toutes les tables les gens ont un exemplaire du livre de recette du chef Apollo.

À notre tour, notre serveur nous demande si on connaît l’existence du livre et nous offre de feuilleter le bouquin pendant qu’il place d’autres clients. À deux reprises il nous propose d’acheter le livre et nous parle du rabais par rapport au prix en librairie (sans oublié la chance inouïe de pouvoir faire signer notre livre par le chef!)

Il a semblé déçu qu’on n’achète pas…et cela nous a tous un peu agacé mais il ne fût pas assez insistant pour que ça nous dérange longtemps. Le gros présentoir des livres de son patron situé bien à la vue de tous les clients devrait être assez coté « propagande » après tout on vient pour manger la cuisine d’Apollo, pas la lire!

Pour les plats principaux, les hommes ont tous deux choisis l’assiette Laponie. Dans leurs assiettes, de l’Élan, du gravalax, du hareng mariné et de la volaille. L’Élan était bon et goûteux, le gravalax et sa sauce à l’aneth aussi. Le Hareng mariné? Sublime!! La meilleure pièce de mon assiette. Mon palais gaspésien n’en est pas encore revenu.

Petit choc lorsque nous en sommes à notre plat de volaille: le poulet manquait de cuisson! Ce qui est rarement (jamais) acceptable que ce soit au restaurant ou à la maison. Heureusement lorsque nous l’avons montré à notre serveur et il est reparti immédiatement avec nos petits plats respectifs en s’excusant. Ceci dit, notre volaille est revenue bien cuite et était très bonne. On se dit également qu’il doit être difficile de maintenir une qualité parfaite lorsque vous avez à faire 20 à25 plats différents pour une table de seulement 4 personnes!

Le pendant féminin de la table fût plus original en prenant des choix différents. Crevettes et langoustes pour notre amie et gibier pour la Capricieuse. Pour ce qui est des crevettes et langoustes, notre amie fût un peu déçue car elle trouvait qu’un de ses plats de crevettes manquait de cuisson et que son plat de langouste lui était trop cuit. Donc, une fausse note de ce coté. Pour ce qui est du thème gibier, on pouvait y trouver un tartare de cerf, un mini-burger au caribou et…du pigeon! La critique de la Capricieuse? Très bon, mais elle a eu de la misère à vraiment savourer le pigeon parce qu’elle n’arrivait pas à oublier que c’était…du pigeon!

Nous avons eu droit à des fromages uniquement québécois dans notre plateau de fromage et pain. Les fromages de notre belle province s’améliorent et se raffinent d’année en année et nous pouvons être comblés d’avoir autant de choix!

Pour dessert, nous avons opté pour l’inspiration de la pâtissière i.e. celle-ci décide au jour le jour ce qu’elle fera et les serveurs ne peuvent nous prédire (ya right!) ce qu’il y aura dans nos assiettes. Nous avons reçu une assiette avec pleins de petits délices sucrés: une mini crème brûlée à l’érable que la gent féminine (qui avait décidé de ne pas prendre de dessert en passant…grrrr!!) s’est appropriée. Le moelleux au chocolat était particulièrement bon aussi.

Bref pour le dessert un bon 10/10

Coût?

Comptez 65-75$ par personne avant taxes et pourboire et n’oubliez pas de passer à la SAQ avant!

En conclusion, plus de haut que de bas, une multitude de saveurs fines et recherchées et surtout une expérience unique en son genre. Nous vous recommandons d’y aller à quatre pour déguster le plus de plats possibles.

———————–
Apollo – Restaurant
6389 boul. St-Laurent
Montréal
H2S 3C3

514 274-0153

Pégase, ça donne des ailes!

Dans la catégorie apportez votre vin, le minuscule restaurant Pégase est dans une classe à part.

Ambiance et décors se prêtent très bien au romantisme: lumière tamisée, murs pâles, deux petites pièces presque séparées une de l’autre et une charmante terrasse en été. Que demander de mieux pour un souper en tête à tête? Bien sur vous pouvez y aller avec des amis aussi, mais le vendredi et le samedi, en groupe de 6 ou 8 maximum. Ce détail m’a déjà fait sourcillé, mais finalement, vu la petitesse de la place, je comprend mieux aujourd’hui. Ça serait tellement moins romantique avec plus de bruit. 

Vous devez vous en douter, il faut réserver d’avance ici aussi, seul bémol, il n’y a que deux services chaque soir alors par soirée de grande affluence, si vous avez réservez pour 18h…on vous met dehors à 21h pile. Pour des gens qui parlent beaucoup comme nous et qui peuvent demeurer assis à boire du vin pendant des heures après souper, c’est un peu décevant. Il faut toutefois comprendre que ce n’est pas évident pour un petit resto comme ça de faire ses frais, la qualité de la cuisine va vous faire oublier votre court séjour si vous soupez tôt.

Parlant de cuisine…j’aime bien garder le meilleur pour la fin et vous allez comprendre…à la fin! 

Je ne sais pas trop comment commencer ma critique du menu de ce restaurant, je vous explique, c’est facile, bien que je suis allez très très souvent au meilleur apportez votre vin pour une soirée intime à Montréal, j’ai TOUJOURS pris la même chose…TOUJOURS…sans aucune exception. Alors pas facile de vous parler de l’assiette de pâtes ou du poisson du jour. 

Ma première visite date de plusieurs années, j’avais pris une entrée de pétoncle délicieuse, la soupe ou potage qui varie à chaque visite était excellent aussi. Comme plat principal, je m’étais laissé tenter par un carré d’agneau, ma première expérience avec ce plat imaginez-vous donc!

Un carré d’agneau aux deux moutardes, je suis alors tombé sous le charme de Pégase  et de l’agneau. La qualité de la viande, la cuisson (saignante) et la sauce, oh-my-god LA sauce! On y goûte non seulement la moutarde, mais on voit et on sent ses grains de multiples couleurs. Rien à voir avec ce qu’on ose vous servir réchauffé dans les cafétéria du genre L’Académie (première et dernière fois que nous mentionnons L’Académie dans ce blog). Combien de fois après j’ai été déçu par un carré d’agneau ailleurs à cause de cette délicieuse sauce? Le seul plat du genre que j’ai trouvé à la hauteur de celui du Pégase, vous ne me croirez pas mais ce fût au Newtown!! Malheureusement le chef qui était dans les cuisines à cette époque n’y est plus, dommage!

Revenons à nos ”moutons” lol! Les légumes qui accompagnent la plupart des plats sont parfaits, soit cuits al dente ou en purée justement assaisonnée.

Étant un plus grand fan de salé que de sucré, je ne prenais que très rarement du dessert lors de mes visites au restaurant. Pour moi, une entrée à la place du dessert c’était toujours winner!

Mais lors de cette fameuse soirée de première au coin des rues Gilford et Papineau, je me suis laissé tenter par un nom plutôt qu’un dessert : Mourir de chocolat. J’aimais l’image que provoquait le nom de cette mousse ferme de chocolat au lait et noir, entourée d’une sculpture de chocolat. Au goût, un seul mot: WOW

Maintenant je prends souvent un dessert quand les noms m’accrochent même si j’ai plus faim. MERCI Pégase, comme si je ne mangeais pas déjà assez!  (ça me fait du bien de mettre la faute sur les autres!)

Alors,  c’était le récit de ma première visite chez Pégase, vous voulez des commentaires sur mes autres visites? Relisez 20 fois ce post, vous saurez ce que j’y ai mangé…

++ Apportez votre vin, 90$ pour deux pour « la grande table » ou 70$ pour « la petite table »

————————

Le Pégase
1831, rue Gilford
Montréal
H2H 1G6

514 522-0487