Archives de Tag: Agneau

À la croisée des chemins

C’est sur la route des épices que nous avons voyagé lors de notre récente visite au Laloux.

À l’occasion d’un événement très spécial, où nous avons eu la chance d’être invité, deux chefs ont réuni leurs efforts afin de créer un moment unique.

Une savoureuse célébration pour marquer l’arrivée de Seth Gabrielse aux cuisines.

Accompagnée d’une complice de longue date, la chef et restauratrice réputée Racha Bassoul, Seth Gabrielse nous a invité  à faire un voyage sur la route des épices. Pour l’occasion, un menu spécial, fortement influencé par Mme Bassoul, a été présenté aux quelques chanceux qui ont pu trouver place au 250, avenue des Pins Est.

Petit verre d’apéro en main, nous faisons connaissance avec les autres convives à notre table.  Les amuse-bouches arrivent et nous avons eu droit à trois petits plats dont de délicieux falafels, simples mais définitivement un des coups de coeurs de la soirée… ça partait plutôt bien le bal!

Lorsque la pastilla d’agneau confit (parfumé aux 7 épices, pommes caramélisées, servis avec une salade de persil et pomme grenade) est arrivée, mon amoureux et moi nous sommes tout de suite échangé un regard amusé. C’est que quelques semaines auparavant, le Capricieux a eu la chance de cuisiner avec Mme Bassoul aux Marmitons de Montréal et… la pastilla d’agneau faisait partie du menu!

Ce qui veut dire que nous avons la recette de cette petite merveille, gna! gna! (Malheureusement il n’a jamais fait le résumé de cette soirée avec Rachal Bassoul, mettez-lui de la pression pour l’avoir!)

Le Pot au Foie a beaucoup plu à toute notre tablée, autant par sa présentation originale et intrigante, que par les saveurs que nous allions découvrir.

Dans la théière se trouvait un bouillon parfumé et dans le tamis, au lieu du thé, se trouvait un délicieux morceau de foie gras.

Une belle découverte, mais le bouillon aurait gagné à être un petit peu plus chaud.

> Aiglefin, artichauts, lentilles Beluga tièdes, olives et lime.

=.=

> Succulente joue de veau braisée servie avec pignon, pita frit et yogourt à l’ail.

L’accord mets-vins a été vraiment apprécié et le service était très généreux.

Les chefs faisant la tournée pour saluer les convives et nous parler de leur expérience à quatre mains. Dans la salle à manger du Laloux, Seth Gabrielse semblait très à l’aise et visiblement heureux.

Ses yeux rieurs m’ont tout de suite charmés.

> Mille-feuille au Naboulsi et confiture de coing qui a aussi fait l’unanimité de notre tablée.

Ici tant les saveurs et les textures étaient, du moins pour moi, fascinantes. Du croustillant et feuilleté de la pâte à la texture mi-ferme du Naboulsi, qui lui est parsemé de graines de nigelle, au mélange salé et sucré obtenu par le fromage et la confiture… tout cela était vraiment étonnant et savoureux.

> Pudding de semoule, salade d’oranges, sirop de rose, pistache.

Et c’est totalement charmé, tant par le repas de nos hôtes, que par les rencontres que nous avons faites, que nous avons terminé notre soirée avec ces petites mignardises.

Un événement génial qui nous a donné envie de découvrir, dans un avenir rapproché, le Laloux de Seth Gabrielse. Car il faut le dire, cette délicieuse route des épices nous a laissé un peu en suspend.

——————–

Le restaurant Laloux, Bistro
250, avenue des Pins Est
Montréal
H2W 1P3

514 287-9127

> Vous aimerez peut-être voir le compte-rendu que nous avions fait pour le petit frère du Laloux, le bar à vin Pop!

Les marmitons, toujours une belle excuse

Prendre le temps et encore prendre le temps…

« Les grecs ne mangent pas juste pour se nourrir, mais SURTOUT pour la compagnie et le plaisir de partager un bon repas bien arrosé avec la famille et les amis! »

Voici l’ambiance dans laquelle les Marmitons et leurs conjointes ont été reçus en ce 20 février 2010. Pour le repas de la St-Valentin, la chef invité était Michèle Ricard des Oliveraies Stavropoulos, biens connues grâce à l’excellente  huile d’olive qu’ils produisent: La belle excuse.

La chef, accompagnée de son amie Hélène, a dit avoir passée une superbe soirée en compagnie des Marmitons, ceux-ci lui ont bien rendu avec une ovation debout!

Le menu proposé par les dames a vraiment su charmer tous les convives tant par sa simplicité d’exécution que la richesse des saveurs.

Voilà on est prêt à laisser les femmes entrer!

On commence avec les mezzés

Tirokafteri
Tartinade de poivrons grillés et feta
Accompagné de chips de pita à l’origan et piment d’Espelette

Htapodi
Pieuvre grillée
Servie sur un nid d’oignons rouges émincés, caperons, arrosée d’une bonne rasade d’huile d’olive extra vierge et quelques gouttes de vinaigre lambrusco

Loukaniko
Saucisses grecques

Salada Horiatiki
Salade du village
Salade grecque, accompagnée de tranches de pain campagnard grillé
+quelques gousses d’ails entières sur la table pour ceux qui veulent frotter leur pain!

Trou Normand Grec
Métaxa

=.=

=.=

La suite allait tout autant nous charmer…

(Voir les 4 dernières photos ci-haut)

Arnaki Exohiko Lemonato
Jarret d’agneau braisé et son gremolata

Orzo
à l’ail grillé, tomates raisin et fines herbes

Horta
Assiette de verdure à l’huile d’olive et citron
Bette à carde, pissenlit, chicorée

Patzaria
Salade de betteraves à la menthe

=.=

Les vins coup de coeur de notre table!

Encore une fois le choix de vin du sommelier était juste, en plus de couler à flot! Aux marmitons, il faut le dire, nous sommes privilégiés côté bouffe, mais tout autant côté vins.

Pour le dessert, un gâteau à l’huile d’olive, pavot et tangerine! Génial après un repas aussi copieux et savoureux, la Capricieuse a particulièrement apprécié. Un plateau de fruits frais ainsi qu’un yogourt au miel à partager était aussi sur la table.

Muscat de Limnos = un accord parfait avec ce gâteau à l’huile d’olive.

Une autre soirée des Marmitons de Montréal réussie! J’espère avoir donné la piqûre aux amis que j’ai intégré au cercle! Une belle activité qui nous permet des moments privilégiés avec des chefs généreux qui partagent leur savoir faire à une gang de gars motivés et passionnés.

Comme Stéphan, grâce à qui je suis maintenant Marmitons, dit si bien:
« Un bonheur partagé est toujours meilleur »

_____________________

Pour plus encore sur mon expérience aux Marmitons:

Cliquez ici pour la soirée de septembre 09 avec le chef Alexandre Gosselin
Cliquez ici pour la soirée d’octobre 09 avec le chef Pierre Jean Ganne
Cliquez ici pour la soirée de novembre 09 avec le chef Maksim Morin

Malheureusement mes expériences avec Racha Bassoul et Helena Loureiro ne sont pas encore en ligne, mais le seront sous peu.

Mystère + Intrigue à Québec!

Nous sommes heureux de vous présenter le premier billet de la série « En direct de: Québec ». Cet article et les photos qu’il contient sont de Marie-Serge Blais!

Un mystère + une intrigue = raison suffisante pour me faire réserver dans un endroit inconnu, avec un hôte inconnu…

…mais heureusement, un menu hautement intéressant.

Cependant, attention! N’y est pas invité qui veut. Il faut tout d’abord se rendre sur le site de Tastevino afin de prendre connaissance des soupers à venir puis remplir le questionnaire, l’envoyer, être sélectionné et finalement avoir accès à l’heure et à l’adresse de votre repas.

Non pas que notre hôte soit difficile, mais à la question « quel serait ton dernier repas? », si votre réponse est une poutine avec une rootbeer, peut-être que cette expérience n’est pas pour vous.

Sous des allures de maison close (à cause du mystère anonyme), cette impression s’estompe vite quand notre hôte nous ouvre chaleureusement la porte et que déjà des effluves agréables nous montent au nez. L’homme nous accueille avec un Parés Baltà Brut Selectio Cava mousseux qui accompagne des bouchées de poutine inversée ainsi que des croustillants de poulet à l’orange sur brochette.

Au total, nous sommes quatre. Nous étions deux et les deux autres convives ne se connaissaient pas. Étrange intimité… Toutefois l’amour de la nourriture nous a réunis et en peu de temps les langues (peut-être est-ce grâce aux bulles?) se délient.

Notre hôte nous invite à nous attabler pour vivre une expérience d’épices/vin unique. Il nous est alors suggéré de goûter à un mélange d’épices avec le vin blanc avant d’attaquer le délicieux crabe cake et sa mayo sriracha. Intéressant de faire ressortir les notes de muscade du vin à l’aide des épices. D’ailleurs le vin blanc présenté est un de mes coup de coeur de l’automne (Vinho regional Terras do Sado Adega de Pegoes 2008).

À ce stade, je réalise à quel point notre hôte est un « trippeux »

À chaque service il nous fait part de ses recherches, ses essaies, sa démarche, ce que j’apprécie particulièrement. Il est un sommelier de formation et a fait plusieurs séminaires de gastronomie moléculaire. Ce qu’il nous présente est le fruit de plusieurs années de recherche et d’expérimentations, confirmé par le potage de courge butternut et son effiloché de canard confit. La présentation est soignée et le goût délicat et suave.

Le plat de résistance, à ma grande joie, est constitué d’un jarret d’agneau braisé glacé au Vincotto, accompagné d’un risotto d’orge et sa courge poivrée, caramel de tomates aux épices. La pièce est centrée, l’accent est sur l’agneau… il ne nous reste plus qu’à planter notre fourchette pour réaliser à quel point la cuisson fut longue, longue, longue… De fait, le jarret se défait à la fourchette et la viande fond dans la bouche. Un pur délice…  Le tout accompagné d’un pinot noir du nouveau monde, parfait accord qui fait ressortir le caramel de tomate aux épices.

Le dessert (je dois réellement trouver un trou),

cette crème brûlée au piment chipotle grillée à la torche devant nous, est crémeuse à souhait. Je suis ronde comme un boudin…

Et c’est alors que notre hôte nous emporte des caramels à la fleur de sel au chocolat, accompagné de Yalumba Museum Muscat South Eastern Australie.

J’ai quitté la banlieue en roulant, littéralement…

Malgré le côté très « intime » de la chose, une fois la gêne et le mystère passés, on y vit réellement un bon moment dans une ambiance très lounge et feutrée.

Le prix est tout à fait honnête :
65$ (pourboire à votre discrétion), vins inclus (et il y en a!)

_____________________________________________________________

Marie-Serge Blais est chef enseignante au CSAT Fierbourg, en plus de tenir la chronique « gastronomie» CKRL 89,1 à l’émission Avant 9h, Tout est possible. Vraie épicurienne, c’est une passionnée amoureuse de la bouffe [et de la vie!] qui est une vraie source d’inspiration. Chanceux sont ceux qui la côtoient tous les jours!

Merci Marie d’avoir accepté notre invitation!

Le dernier coup fumant du plateau!

Lors de ma 3e participation aux Marmitons de Mtl, nous avions eu l’honneur de cuisiner avec le chef Maksim Morin.

Le chef, anciennement du Joe Beef, nous avait mentionné qu’il était sur le point d’ouvrir son propre restaurant, Le Chien Fumant.

Et bien l’ouverture a finalement eu lieu le 19 décembre! Les Capricieux, toujours anxieux d’essayer un nouvel endroit, se sont rendu le 20 décembre et ont vécu la 2e soirée de l’existence de ce tout nouveau resto du plateau.

Commençons par le début… Tout d’abord on aperçoit au loin le resto qui fait le coin des rues de Lanaudière et Gilford (ancien emplacement du resto Le Diner). On aime déjà les grandes vitres qui laissent entrevoir, de la rue, les chefs derrières les fourneaux en train de se préparer pour l’arrivée des premiers clients.

On cherche un peu l’entrée du resto, une grosse porte de métal (qui n’est pas vitrée alors vous allez vous demander si c’est vraiment par-là qu’on entre!) nous donne l’impression d’arriver backstore dans pub anglais. On place nos manteaux dans une superbe armoire de bois massif puis on remarque les armoiries:

Vaut mieux la tête d’un chien, que la queue d’un lion.

Déjà, le ton est donné.

À notre accueil, on nous demande si on désire une table ou manger au bar…

Est-ce que vous mangez au bar des fois? Nous le plus souvent possible, on adore!

On aime la proximité que cela nous donne avec les cuisines et lorsque que celle-ci est  à aire ouverte, c’est toujours plaisant de voir le chef et son équipe à l’œuvre.

Alors attablés au bar, nous avons été plus que bien servis par Dave qui a jasé avec nous pas mal toute la soirée, nous racontant des anecdotes survenues lors des rénovations et nous parlant des divers drinks qu’il entend servir au restaurant. Un vrai passionné, tout comme le reste de l’équipe qui est venu tour à tour nous jaser… nous nous sentions comme des habitués de la place!

Nous avons commencé notre soirée en goûtant à un drink (je ne me souviens plus du nom!) mais qui était  à base de citron frais pressé et de Prosecco servi dans une coupe style Marie Antoinette. Festif!

En passant, vous allez trouver très originale la façon que sont installées les bouteilles du bar pour sauver de l’espace!

Vous voulez entendre parler de la bouffe, on y arrive justement!

Bien que je n’avais pas passé tant de temps que ça avec le chef lors de sa présence aux marmitons, j’avais une bonne idée de son style de cuisine. C’est à dire, une cuisine très « homey » à partir de produits frais, pour la plupart locaux, des herbes, des épices, des légumes et des bonnes pièces de viandes!

Ses plats sont simples mais recherchés et définitivement teintés de sa touche à lui…  et attendez de voir les présentations!

Oubliez les traces de coulis ou de réduction sur le contour de votre plat, pas besoin de faire glisser votre fourchette aux quatre coins de votre assiette pour avoir une particule de saveur de chaque ingrédient… les assiettes arrivent, imposantes et appétissantes!

La simplicité est tellement sous-estimée… mais certainement pas ici et ça fait du bien!

En ces temps froids, bien que la présentation des plats soit rafraîchissante, le menu du chien fumant est plutôt réconfortant. On a l’impression de manger la bouffe de notre grand-mère, cuisinée par le chef d’un resto 5 étoiles, mais dans une ambiance de souper chez des amis.

Ok, on beurre épais, mais allez-y et vous allez voir!!

Voici les plats qu’on a dégustés:

Les entrées:

1- Soupe légumes et queue de bœuf: Des gros morceaux de patates et de carottes, un bouillon, des herbes fraîches sur le dessus et un gros os de bœuf avec encore de la viande autour qu’on mange sans gêne avec nos doigts!


2- Ravioles de veau, comme une blanquette: de gros ravioles de pâtes fraîches maison avec l’intérieur entre autre de la cervelle de veau.. tellement tendre! La sauce était crémeuse à souhait et parsemée de p’tits oignons. C’était assez généreux comme portion!

Plats principaux:

3- Poulet de Cornouaille à la Nivernaise: Cuisses de poulet cuites dans un mélange de tomates, olives et autres légumes. La poitrine, quant à elle, était rôtie dans la poêle et pour couvrir le tout, une sauce à la Nivernaise (ressemble à une sauce hollandaise) aux gros escargots.

4- Longe d’agneau en croûte: le nom dit tout, une longe d’agneau en croûte, style wellington. Ce fût servi avec une sauce, des oignons confits, une purée de pommes de terre et une salade de céleri rave.

Dessert:

Nous n’avons pas été capables de se rendre au dessert hahaha! La Capricieuse a pris au lieu d’un café, un chocolat chaud style mexicain (je pense) avec un mélange d’épice, un brin de piment et une shot de rhum!

Le vin:

On nous a suggéré un Cahors qui a fait la job comme un champion… sauf que nous étions tellement obnubilés par notre repas (c’était tellement bon!) qu’on en oubliait de boire du vin… mais on leur a laissé le restant de notre bouteille, je ne pense pas qu’ils étaient déçus!

Commentaire du chef quand il a ramassé mon assiette presque propre tellement  je lui ai fait la passe: « C’est rare que quelqu’un mange tout! » Un ogre aurait sûrement répondu: « C’est normal! »

J’y suis plutôt allé pour: « Quoi? C’est rien, j’ai fini l’assiette de la Capricieuse aussi! »

Entrain de me caler moi là?? Nah, j’adore ma réputation « d’estomac sur deux pattes ».

Anyway, on a vraiment aimé l’ambiance simple et « casual » de l’endroit. On avait même pas commencé à manger notre entrée qu’on se disait qu’il va être l’fun de devenir des habitués de la place.

.=

Petit fait intéressant si comme nous vous aimez ça manger tard: la cuisine ferme… à 2h du mat! Les gars sont sûrement des machines car très bientôt ils seront aussi ouverts pour le brunch du weekend et selon leurs dires, ça sera pas des brunchs légers!

Les comparses du Chien Fumant vous attendent donc avec impatience pour vous montrer se dont ils savent faire… et qui sait, vous nous croiserez peut-être au bar?

—————-
Le Chien Fumant
4710 de Lanaudière
Montréal
H2J 3P7

514 524-2444

Allez-retour Alep/Montréal

Nous adorons manger au resto, vous le savez! Mais une autre chose que nous aimons beaucoup c’est… le take-out!

C’est vrai, nous allons souvent au restaurant mais parfois avec nos horaires chargés et décalés, nous préférons manger dans le confort de notre salon, devant nos ordis ou sur notre terrasse l’été… mais en compagnie de nos plats préférés dénichés un peu partout lors de nos explorations.

Très souvent lorsque nous découvrons un resto que nous aimons, nous y retournons plusieurs fois y chercher nos favoris… version pour emporter! Vous y pensez peut-être pas, mais même les plus beaux restos se feront un plaisir de vous faire une petite boîte pour sortir.

C’est le cas au Petit Alep, un de nos favoris les soirs de semaines.

Pour dire vrai nous avons découvert ce petit bistro en visitant tout d’abord son grand frère: Alep.

Comme d’autres proprios l’ont fait,  les gens du Alep ont décidé d’ouvrir, juste à côté, une version bistro beaucoup plus jeune, avec des assiettes moins grosses et un menu similaire, mais différent de son restaurant.

On aime beaucoup la version bistro, mais à l’heure du 5 à 7 l’endroit est tellement bondé de monde (et tant mieux!) que  nous avons pris l’habitude d’appeler pour commander nos plats car pas question de se priver de notre assiette d’agneau juste pour un line  up!

Alep et Petit Alep offre une cuisine syrio-arméniene des plus délicieuse et tellement savoureuse. Si vous allez en groupe chez Alep, nous vous conseillons l’assiette dégustation pour vraiment avoir un aperçu de leur savoir-faire. D’ailleurs, les deux restos sont parfaits pour le genre de soirée où vous voulez tout essayer et partager des plats entre amis.

Même si tout est bon, nous avons nos petites habitudes!

+..

Premièrement nous sommes fous, fous, fous de leur moussaka (que l’on voit un peu plus haut) et étant donné que nous aimons tous les deux l’assiette d’agneau ET l’assiette de filet mignon, nous prenons toujours une de chaque que nous séparons à la moitié, hahaha!

En plus de ces succulentes assiettes, il faut aller au Petit Alep pour :

– Les combos soupe et sandwich du midi;
– Un 5 à 7 Mezze (la version Moyen-Orient des tapas) pas cher du tout;
– Prendre un café turc, un thé blanc ou un verre d’Arak;
– Faire plaisir autant à des végétariens qu’à des carnivores;
– Le side order de pain terbialy, un délice pour 1,50$ (voir la première photo);
– Les baklavas bien sûr!

Les prix varient entre 3$ pour un sandwich et 10$ pour une assiette, avec des portions généreuses comme vous pouvez voir!

————————–

Petit Alep
191, rue Jean-Talon Est
Montréal
H2R 1S8

514 270-9361

Traitement « Royal » au St-Urbain

S’il y a un plaisir que j’aime partager, c’est bien celui de manger et particulièrement avec des gens qui comprennent ce plaisir.

Grâce au blogue et  aux autres réseaux sociaux tel que twitter, j’ai eu l’occasion de rencontrer du monde absolument génial qui apprécient la bonne bouffe et qui aiment essayer de nouveaux endroits.

C’est avec 3 amies blogeuses, que j’ai découvert le St-Urbain.

Valérie, GabrielleJosiane et moi nous étions donné rendez-vous un vendredi soir pour aller déguster la bouffe de ce restaurant du quartier Ahuntsic. Ça fait toujours du bien d’essayer de nouvelles choses et surtout un nouveau coin. Dès mon arrivée, j’ai trouvé l’ambiance du St-Urbain très détendue, quoi que bruyante un peu. Je fus agréablement surprise de voir que tout le monde pouvait jeter un oeil sur la cuisine.

Tout le menu et les vins sont écrit sur une grande ardoise noire et petite note agréable, plusieurs des vins, beaucoup d’importations privées, sont offerts au verre.

Notre serveur, très sympathique, est venu s’enquérir de nos choix. Côté bouffe tout va bien, on jette un coup d’oeil rapide à l’ardoise et on décide. Pour le vin, ça se corse: L’ardoise est tellement grande, et la sélection de vins importantes, on a de la misère à voir, les filles assises dos au tableau sont embêtées un peu… on doit se fier au jugement du serveur. Là-dessus rien à reprocher, nos vins furent excellents.

Comme j’avais regardé le menu préalablement, je m’étais mise en tête de prendre le velouté de champignons sauvages, amandes et truffe. Oui! moi, la Capricieuse qui n’aime PAS les champignons, mais qui a vraisemblablement un faible pour la truffe…assez pour me donner envie de prendre des champignons comme entrée!

Au moment de faire mon choix, mon oeil a bifurqué vers le menu et le mot TARTARE s’est imposé. Je résiste rarement à un tartare et ce n’est pas ce soir là que ce fut fait.

Bien que je ne regrette absolument pas mon choix, le tartare était divin, je crois tout de même que le velouté aurait été une meilleure option compte tenu que pour la suite je me suis lancée dans une longe d’agneau accompagnée d’un gros morceau de polenta panée.

La viande était cuite à point et la polenta était écoeurante, sérieusement je ne suis pas une grande fan de polenta et celle-ci m’a complètement gagnée.


>Le mixe entrée de tartare et longe d’agneau = un peu lourd malheureusement.



> Le plat de pétoncles tout en beauté dégusté par Gabrielle et Josiane


Juste avant notre plat principal, une surprise du chef, Marc-André Royal!  Sur un plateau nous avons droit à une déclinaison de canard, magret de canard fumé sur place, rillette et pâté au coulis de porto.

Un réel plaisir pour nos papilles!

Maintenant passons aux choses sérieuses:
Les desserts!

Après en avoir parlé TOUS les jours de la semaine précédent notre visite, Gabrielle et moi ne pouvions passer à côté du beignet chaud, sauce caramel beurre salé et nous avons été servi! La sauce caramel dans laquelle on doit tremper nos beignets est vraiment délicieuse, on en aurait pris deux fois!

Les deux autres filles elles ont opté pour le flan au citron, framboise et glace chocolat noir et je crois qu’elles ont apprécié aussi.

CÔTÉ PRIX:

C’est plus que raisonnable pour les entrées on parle entre 10$ et 15$, plats principaux entre 20$ et 25$ et les desserts 6$. Il y a aussi possibilité de prendre le menu dégustation qui est de 6 services pour environ 50$

Finalement j’ai vraiment apprécié ma soirée au St-Urbain, tant pour la bouffe que pour l’agréable compagnie. Nous avons même parlé de continuer à découvrir certains restaurants ensemble et je trouve que ce serait vraiment super!

Valérie a même suggéré qu’à l’image du Yulblog et du Yulbiz, nous serions le Yuleat!

Surveillez donc les 4 filles du Yuleat prendre l’assaut des restaurants de Montréal, mais tassez-vous… on a faim!

P.S. vous pouvez lire ici le résumé de notre soirée écrit par Valérie

————————–

Le St-Urbain
96, rue Fleury Ouest
Montréal
H3L 1T2

514 504-7700

Shabu Shabu

Être dépaysé dans votre assiette et dans votre ville, est-ce quelque chose qui vous plaît?

Si oui, vous apprécierez le restaurant Hanashima dans le Chinatown de Montréal, une place à Shabu Shabu ou si vous voulez, de fondue Japonaise.

Nous adorons la fondue, chinoise, suisse..au chocolat! Alors le (la?) Shabu Shabu ne comportait pas un très gros risque gastronomique pour nous mais ce fût quand même une expérience nouvelle. Nous nous sommes vraiment amusés dans ce petit restaurant déniché par hasard en se promenant dans le chinatown.

Tout d’abord, nous étions dans le chinatown à la recherche de petites faveurs que nous pourrions donner à nos convives qui allaient assister à notre soirée sushis. Nous marchions dans le chinatown quand tout bonnement…

l’estomac de mon Capricieux se mis à avoir faim, quelle surprise!

D’habitude, lorsque nous sommes dans le coin, nous allons manger au 41A petit surnom donné au resto Cristal no 1 car c’est le plat le plus populaire de l’endroit. Ce soir-là le 41A nous tentais plus ou moins alors nous marchions dans les rues à l’affût d’autres options. Capricieux voulais un buffet (évidement), moi pas…puis nous sommes tombés par hasard devant le restaurant Hanashima et tout de suite notre choix fût fait.

À l’intérieur nous étions peu de clients, un couple assis en face de nous et un groupe de 3-4 hommes d’affaires en visite à Montréal. Le restaurant se présente comme un grand comptoir et chaque convive a son espace pour le bouillon de sa fondue. Nous avons commandé une fondue de boeuf et une d’agneau et comme choix de bouillon ce fût épicé pour madame et au poulet pour monsieur. Le tout est accompagné, pour chaque personne, d’une grosse assiette de légumes (choux chinois, algues, champignons enoki, shiitakes, épinards, carottes, etc), quelques nouilles udon, du tofu et un petit bol de riz. Les sauces qui accompagnent le shabu shabu sont des sauces traditionnelles japonaises. Il y a la sauce ponzu, une sauce à base de soya et de yuzu, donc légèrement citronnée;  et l’autre sauce, gomadare, est une sauce à base de sésame et soya broyé avec un peu de mirin et de gingembre. Excellent!

Nous avons trouvé l’atmosphère du restaurant vraiment agréable même si nous étions peu de clients. L’endroit semble idéal tant pour un souper en tête à tête qui sort de l’ordinaire que pour une fête d’amis, d’ailleurs quelques tables sont vraiment parfaites pour les groupes et nous imaginions quel plaisir se serait de célébrer un anniversaire à cet endroit.

Inclus dans le repas est le thé à volonté ainsi qu’un dessert ET un café glacé, vous en aurez donc pour votre argent!

Voici quelques photos du restaurant trouvé sur le site restomontreal.ca

———————–
Hanashima
75 De La Gauchetière (coin St-Urbain)
Place-d’Armes, Montréal
H2Z 1C2

514 396-4746