Archives de Catégorie: Humeur

Bistro Lustucru et… L’épicerie!

EAVB_ICYZUUZJTD

Première fois que nous sommes invités officiellement à l’ouverture d’un restaurant…

…ou peut-être la première fois qu’on accepte d’y aller?

Ça peut avoir l’air comme si nous sommes des habitués de ce genre d’activité… mais non! Je dois avouer que ce n’est pas vraiment notre moment préféré pour découvrir un resto. Mais pas du tout.

Et pour dire vrai, ce soir-là j’ai eu l’impression de suffoquer un peu dans cette marée noire de monde sans parler que j’ai eu l’impression de n’avoir vu que la pointe de l’iceberg de ce nouveau bistro: Lustucru.

==

Par contre la foule ne me fait pas peur alors j’ai pris le temps de regarder un peu les airs de l’endroit, je m’y suis plue.

Le local est simple, tout en long, avec au fond une mezzanine pour accueillir des groupes. La devanture du bistro est faite de grandes portes coulissantes, ce qui permet d’ouvrir pleine grandeur.

=.=

=.=

Le gros élément de décoration aux murs, c’est l’utilisation d’immenses tableaux verts… même si ça semble déjà vu, je les ai trouvé originaux et bien utilisés.

Contrairement à certains restaurants où l’ardoise est souvent difficile à lire, ici l’espace dégagé rend le menu très facile à décrypter. De plus, on n’hésite pas à l’écrire deux fois plutôt qu’une, parfait pour les gens à l’arrière.

J’ai beaucoup aimé les petites touches industrielles dans le décor.

=.=

Le menu du Lustucru est élaboré selon le principe de la cuisine du marché, c’est à dire en fonction de la disponibilité des produits de saison.

J’aime ce genre de menu car il varie souvent… mais pas trop non plus! On veut que nos futurs favoris restent à l’affiche!

=.=

La spécialité du restaurant est le bar à cru… on peut donc penser qu’il deviendra un incontournable pour un bon tartare, yé!

J’aurais eu envie d’échantillonner le tartare de cerf dès ce soir-là mais l’achalandage était tel qu’il était impossible (ou presque) de trouver et une place assise, et un serveur.

Étant donné que c’était l’ouverture, nous avons eu droit à quelques bouchées mais pas assez pour avoir une vraie idée de l’étendu du savoir-faire des chefs Iannick Lessard et Guillaume Vignola. Nous reviendrons!

Et puis dans le resto où l’on peut normalement accueillir 86 personnes, la foule était très dense. Trop dense. (oui, je me répète)

On se rassure par exemple, la foule ne sera pas toujours aussi intense! Je pense vraiment que Lustucru sera un p’tit resto de quartier vraiment agréable à découvrir et petit plus: il y a un spécial après 22h, super pour ceux qui aiment manger tard!

———
Bistro Lustucru
5159, Avenue du Parc
Montréal
H2V 4G3

514 439-6701

L’épicerie

Si nous étions invités à l’ouverture du Lustucru, c’est aussi qu’on nous avait demandé d’accorder une entrevue à l’émission L’épicerie!

le Capricieux ne pouvait se libérer,  j’ai dû y aller seule… ouf!

=.=

Je croyais avoir le temps de développer un p’tit stress avant l’entrevue… mais à peine 2 minutes après mon arrivée sur place, j’étais déjà assise au bar avec l’animatrice Johane Despins! Les choses bougent vite et c’est mieux comme ça.

Nous avons jasé de l’influence des blogueurs et des médias sociaux dans le monde de la gastronomie et tout de suite après notre entretien, nous nous sommes assises à table avec deux autres blogueurs, dont Christelle. Avec eux, nous avons poursuivi la conversation autour de twitter et de la passion de bloguer.

Une chose est sure, nous aurions pu continuer des heures et des heures à jaser mais, comme nous sommes avant tout des épicuriens… il fallait bien aller goûter à ces petites bouchées là!

P.s. L’émission devrait passer en octobre!


Horaire d’été capricieux!

Notre dilemme d’été: bloguer ou se prélasser au soleil?

Et si on choisissait les deux?

Les 2Capricieux sont vraiment heureux qu’arrive enfin: l’été! Au menu terrasse, terrasse, terrasse.. amis, bons vins, barbec, rides de vespa et plus encore! Durant cette période, que nous espérons ensoleillée cette année, nous allons être en mode -VACANCES-

Ce qui veux dire que nous serons toujours actif ici, mais peut-être moins ponctuellement. Nous savons que vous comprenez notre attrait du grand air et surtout, nous pensons que vous serez, vous aussi, partagé entre le désir de nous lire, ou d’être à l’extérieur.. c’est pourquoi nous vous facilitons la tâche dès l’instant! ;)

Voici ce que nous suggérons pour ne rien manquer!

  • Nous sommes très présent sur Twitter et Facebook et nous adorons discuter avec vous de tout, de rien et de bouffe! C’est un plaisir de pouvoir échanger avec tout le monde en temps réel, en plus de vous offrir un bon complément à ce bogue!
  • Saviez-vous que vous pouviez vous abonner à notre blogue pour recevoir nos mises à jours par courriel? Dès que nous ajoutons un nouveau billet, vous recevez un message instantanément! Pour s’inscrire il suffit d’entrer votre adresse dans le champ prévu à cet effet tout en haut du blogue, dans la colonne de droite.
  • De plus, si vous êtes un utilisateur d’agrégateur de blogues, voici le lien pour notre fil RSS!

N’oubliez pas… sur l’horaire d’été, mais pas en congé!

Au contraire, plusieurs événements gastronomiques sont à notre calendrier pour les prochaines semaines! Alors continuez de nous suivre… et merci d’être au rendez-vous!

Des kiwis et des Capricieux…

Ce matin nous allons faire un tour au marché Jean-Talon….

Non pas pour y faire nos emplettes!

Non! Si on se rend au marché c’est bien sur pour y rencontrer Francis, Boucar ainsi que toute l’équipe de l’émission Des Kiwis et des hommes! Vous nous verrez… ou vous nous avez-vous (on ne sais pas à quelle heure vous tomberez sur ce billet!) dès 9h ou en reprise à 23h.

Si vous avez envie de jaser avec nous avant, pendant ou après l’émission, vous nous trouverez sûrement sur Twitter ou sur Facebook!

Ce sera notre première expérience à la télé alors soyez indulgent avec nous, hein! Dans 3, 2 , 1 … action! Voyez le Capricieux vous cuisinez des p’tits plats en direct!

———————–
Jeudi 13 mai à Radio-Canada!

>> Mise à jour!

Merci tout le monde pour vos gentils commentaires, nous vous préparons un petit « behind the scene » que nous mettrons en ligne au plus tard lundi!

Pour voir l’entrevue intégrale: ici

Mon thé, haut en couleur

Chère Kusmi,

Tu as finalement, depuis près d’un an, un espace à la hauteur de ta splendeur! Une belle et grande vitrine pour montrer à tous ces montréalais, ta beauté et tes saveurs. Une boutique qui leur permettra d’apprécier ta grande variété de thés.

Non mais attend un peu, tu sais que je t’apprécie non? Je te le dit peut-être pas assez mais ton petit mélange au chocolat et épices et Oh! Celui à la fleur de rose et ton thé vert à l’amande et…
….
Oui d’accord t’as compris, j’arrête. Mais c’est vrai Kusmi, je t’apprécie quoi, c’est bien de te le dire! Tu sais tes petites boîtes de métal qui conservent si bien tes feuilles de thé? Je craque, bien sur.

À l’image de ta gamme Detox, une petite visite en boutique fait du bien au moral et ce n’est pas pour rien qu’on y retourne faire le plein. Tu sais la dernière fois qu’on c’est vu? Et bien j’ai eu envie de croquer ton portrait, de capturer tes couleurs. Tu permets?

=.=

=.=

=.=

– Oh, Hi!

=.=

C’est vrai que tu es un peu cher, chère Kusmi, mais je te pardonne.
XX

——-
Kusmi Tea
3875, rue Saint-Denis

514 840-5445

M comme Geoff

Il y a quelques temps, le 23 novembre dernier pour être précis, nous avons reçu un courriel d’une entreprise de relation publique.

On nous demande si nous voulons participer à une dégustation de la nouvelle Molson M et possibilité de discuter avec Geoff Molson de la dite bière. L’invitation est pour le lendemain de 16h30 à 17h30 à la cage au sport du Centre Bell.

Ok! Pourquoi pas!

La Capricieuse, qui est une plus grande connaisseure et amateure de bière que moi, ne peut y aller alors c’est le Capricieux, buveur de drink de fille sucré, qui se présentera le lendemain à la dite dégustation.

Cette journée-là j’avais un meeting à Laval en après-midi, donc loin du centre-ville.

– 16h15, je quitte l’île Jésus…d’après moi je vais être en retard! Mais bon, je me dis aussi que personne ne va remarquer le gars en retard, le gars qui connaît pas trop la bière, à travers tout un groupe de connaisseurs concentrés à discuter de la nouvelle Molson.

Malgré mon retard, je décide d’arrêter chez moi pour m’habiller un peu plus propre. En passant à la course à coté de la table de la cuisine, j’aperçois du coin de l’oeil les cartes d’affaires des 2capricieux et je me rappelle que ma blonde m’a dit d’en prendre. Bah! J’ai pas le temps, et qui va me demander ça là-bas anyway.

– 17h, je suis sur avenue du Parc, mon cell sonne, c’est un des gars de la compagnie de R.P. qui me demande si je viens toujours.

«Oui, oui, désolé du retard, mais je suis en route».

Dans ma tête:

«Il est donc ben motivé et soucieux pour son client lui, appeler toute sa liste d’invités comme ça!»

– 17h10, cellulaire qui sonne encore…voyons, c’est le gars motivé de tantôt encore!

«j’arrive, je viens de me stationner en face du Wand… euh, sur de la montagne!»

Il m’attend à la porte de la cage au sport, que je pense fermée à cause de l’événement en question…

– 17h15, (ça fini à 17h30 :() j’entre enfin pour je me rends compte que non, la cage est pas fermée, c’est la clientèle habituelle d’avant-match.

==

C’est que l’événement a lieu au pallier inférieur de la cage. J’avance vers le fond du local et il reste une place à la table réservée pour la dégustation de Molson M qui compte… 9 personnes! Pas 26!! 9 dont Geoff Molson, la brasseure Karine Brunelle, la responsable du branding pour la M, deux autres blogueurs, les représentants de la compagnie de relation publique et un sommelier…

Bravo! 1re gaffe de la soirée: j’aurais pas du arriver en retard!

Je suis super gêné lorsqu’on me présente tout le monde, moi qui pensait passer inaperçu, c’est raté! On me sert illico une pinte de Molson M et j’y goûte immédiatement… Aaaahh ça fait du bien, on relaxe.

Avant de vous donner mes impressions sur la M, je vous rappelle que je ne suis pas un grand connaisseur/amateur de bière mais quand j’en bois, c’est habituellement de la lager. Alors, lorsqu’on me demande mes impressions (gardez en tête que Geoff Molson est en face de moi et  écoute la discussion), je dis:

«Moi ce que j’aime pas de la bière, c’est l’arrière goût et celle-ci en a presque pas! Quand je bois de la bière la plupart du temps c’est des lagers parce qu’il y a moins d’amertume… comme genre, la Labatt Bleue!»

Ouch! 2e gaffe de la soirée, en présence de Geoff Molson, je parle de LABATT Bleue

C’est déjà gênant de dire que je bois de la Bleue (en plus je ne bois pas QUE de la Bleue, tsé!!)… fallait que je dise ça direct à  M. Molson!

Vite! J’essaie de me rattraper en disant que je bois aussi de la Corona (distribuée par Molson, ouf). Pas sur sur que ça ait fonctionné par exemple!

Un peu plus tard, M. Molson me demande ce que je fais dans la vie. Je passe vite les détails de ma vraie job et je m’attarde à parler de notre blogue et je pars: Critiques et récits de nos sorties restos, recettes, événements. Je parle de notre soirée chez Molson avec le chef Ian Perreault pour la dégustation de la Richard’s Dark, bla bla bla…  et attention – jamais 2 sans  3 – la 3e gaffe s’en vient (dans le fond elle était déjà faite, on me l’avait juste pas dit… j’allais le réaliser à l’instant!)

Geoff Molson: « Ça semble vraiment intéressant votre blogue, est-ce que je peux avoir ta carte d’affaire?»

CALICE! J’aurais-tu dû prendre les cartes sur la table quand je suis passé chez-nous, oui?!! (là j’entendais la Capricieuse me dire: Je te l’avais bien dit!)

Plus tard dans la soirée j’ai discuté avec la brasseure, qui, soit dit en passant, est graduée de la Polytechnique (LA meilleure école de génie canadienne, une autre histoire ;) ). J’ai eu le droit à l’explication complète du processus de fabrication de la bière en général en plus des particularités du brassage de la M. C’était fort intéressant et j’en ai beaucoup appris. En gros, le processus de microgazéification permet d’injecter dans la bière des plus petites bulles de CO2 et le tout se fait plus rapidement également.

Avant de partir, M. Molson nous a autographié une bouteille avec la date de l’événement! (Et quelqu’un a ouvert ma bouteille durant un événement 2Capricieux, snif snif!)

Si j’ai hésité longtemps avant de sortir ce billet, c’est que je ne pense pas avoir les connaissances requise pour faire une bonne évaluation de la M… autre que sa légèreté et son absence d’arrière goût.

Mais étant donné que j’ai vraiment apprécié le temps passé avec Monsieur Molson et ma conversation avec Karine Brunelle, je me suis dis que mieux vaut tard que jamais.. et voici ma petite anecdote de la fois où j’ai essayé la Molson M!

À vous de voir si vous voulez en faire l’essai à votre tour!

Joyeuses Pâques!

Les 2Capricieux et vous souhaitent Joyeuses Pâques!

Enfin c’est l’heure des brunchs en séries, du jambon de grand-maman, de la chasse aux cocos de Pâques et de l’abus de chocolat!! C’est aussi des moments en famille ou entre amis… ou simplement du temps pour relaxer et profiter de la belle température qui s’annonce.

Profitez-en bien tout le monde!

Pendant ce temps, on vous laisse en compagnie de Jeannot, qui se réveille qu’une fois par année pour manger sa dose de cacao! À notre retour la Capricieuse vous parlera de son expérience sur le jury de la Boutique Point G!

La journée la plus cochonne de l’année!

Après avoir fait le décompte dans nos têtes…. sur papier..

et à haute-voix aussi.. et peut-être aussi un peu en ligne, bref après avoir tanné tout le monde avec ça!

Après avoir jeûné des jours durant en prévoyant le festin (not)

Nous voilà enfin partis pour le paradis: La cabane à sucre du Pied de Cochon!

On s’en reparle à notre retour de St-Benoît de Mirabel!

> image prise sur le site de la cabane!

Ma cabane au Canada

Une Cabane à sucre à Montréal? Oui, dans le Vieux-Port!

C’est avec grande joie que j’ai été invité à essayer La Cabane ce weekend. Le concept se veut d’être une version modernisée mais surtout urbanisée de la cabane à sucre traditionnelle.

À mon arrivée sur les lieux, j’ai observé le décor et j’ai trouvé qu’on avait bien réussi à intégrer les clichés de la cabane à sucre sans que ça soit TROP. On est résolument dans une place moderne et urbaine et pas du tout dans une cabane parachutée sur le quai.

J’ai adoré les tables en bois qui sont superbes, faites de troncs d’arbres coupés en longueur encore rough un peu et avec l’écorce sur les côtés. L’ambiance est feutrée et la vue est magnifique, le Vieux-Port de nuit… les lumières qui scintillent sur l’eau, j’adore.

=.=

J’adore les cabanes à sucre mais je ne suis pas une habituée des cabanes commerciales. J’ai eu la chance de grandir avec un grand-père qui faisait son propre sirop, le meilleur sans contredit, dans sa cabane « Au toit Normand ».

Que de souvenirs j’ai à manger de la tire sur la neige et des rides de ski-doo où on avait le droit de CONDUIRE (wou!)

Ma grand-mère, une cook extraordinaire, nous servait des grands bols de soupe-repas qui est, encore aujourd’hui, notre meilleur r’montant aux blues d’hiver.

=.=

Mais on vraiment pas chez mes grands-parents ici! L’ambiance est sympathique, il y a un DJ et des violoneux, on partage les longues tables avec des inconnus… mais ce n’est pas friendly et grande famille comme dans le bois. Est-ce le décor moderne qui amène une certaine froideur, ou si nos voisins étaient moins sympa? Nul ne le saura jamais!

Le menu a été pensé par le très original Danny St-Pierre, inventeur de la poutine inversée et chef du restaurant Auguste, à Sherbrooke. C’est ce qui m’a vraiment convaincue d’aller essayer cette Cabane moderne, j’avais hâte de voir comment il avait interprété les classiques québécois!

Avant de vous présenter mon expérience, voici un petit vidéo du chef décrivant son menu, sa vision.

Tout d’abord on a tous levé notre verre à la soirée, un shooter vodka-sirop d’érable!

=.=

Puis on a poursuivi avec une assiette de bouchées à partager: croustilles de lard salé, tartelette de boudin noir et ketchup aux fruits et cretons de canard au foie gras. Cette assiette est disparue en moins de deux, ça annonçait bien pour le reste!

Prochain service: crème de pois concassés au vieux cheddar

Ce service est de loin mon PRÉFÉRÉ. C’était tellement beau, bon, original et miam x 1000. Ce que j’ai trouvé l’fun c’est qu’ils servent assez de soupe pour pouvoir remplir notre bol deux fois… et tout le monde l’a fait! Le jambon fumé, seul, parce que j’en ai grignoté un peu avant que le bouillon arrive, était tellement bon que j’avais peine à m’arrêter.

=.=

Next up: la cassolée La Cabane (pilons de poulet confits, saucisses, flanc de porc fondant et croustillant)

Ici malheureusement, déception totale. Je n’ai pas détesté au point de ne pas en manger, mais c’était vraiment ordinaire… Pour être juste, je dois dire que les pilons de poulet et les toulouses étaient très bonnes sauf que l’espèce de lit de fèves/carottes n’était pas très goûteux et la texture très moyenne, on aurait dit une purée. Un peu décevant pour le plat qui se nomme La Cabane! Si vous avez regardé le vidéo du chef qui décrit son menu, je crois que le traiteur a eu du mal à reproduire ce qui était prévu. Par exemple nous avons reçu le flanc de port à part.. un peu sec et froid, comme si on avait oublié de l’inclure à la cassolée.

Heureusement en même temps que la cassolée, il y avait le maquereau à l’érable qui lui semble avoir été très apprécié… mais comme je ne mange pas de maquereau, je ne saurais dire ;) (mais ça c’est mon problème!)

Après le maquereau qu’est-ce qui arrive ENFIN?? LE DESSERT! WOUHOU!

Côté dessert c’est franchement réussi, sauf qu’on en aurait voulu PLUS! (mon problème aussi hehe!)

J’ai vraiment, vraiment trippé sur la barbe à papa à l’érable, c’est d.é.l.i.c.i.e.u.x. j’en veux encore, où est-ce que je peux en acheter!?! Ensuite tire sur la neige dans un verre, la neige était aussi à manger… elle avait un goût de jus de pommes!

Et la petite boule dans le milieu? Un grand-père  au sirop d’érable, encore tout chaud… un classique de la cabane! Encore une fois si vous regardez le vidéo et ma photo, on voit qu’ils ont peut-être oublié le sirop sur les grands-pères, ou est-ce moi qui devait en mettre? Mais peu importe c’était super bon quand même!

J’ai bien aimé mon expérience mais il manquait un p’tit je ne sais quoi pour être vraiment dans une ambiance de cabane à sucre. Côté bouffe ce fût excellent mais j’augmenterais peut-être la présence de l’érable un peu. Par exemple, j’hésitais à y aller car je vais bientôt dans une autre cabane à sucre. J’aime BEAUCOUP le sucre mais je ne voulais pas arriver à ma 2e cabane déjà écoeurée de cette nourriture lourde et souvent grasse… et bien je ne peux pas dire que je suis sortie de là en overdose de sucre, au contraire.

Devant nous se trouvait un pot de sirop d’érable qui n’a jamais servi pour personne, sauf à sucrer nos cafés à la fin. Bien qu’on sentait l’influence de l’érable et de la tradition dans nos plats, ce n’était peut-être pas suffisant pour nous donner vraiment le feelign de temps des sucres. Quelqu’un qui n’aime pas vraiment la nourriture de cabane, comme le Capricieux, aurait vraiment apprécié celle-ci car le goût sucré, dans les plats salés, était subtile. Il faut juste se rendre à La Cabane du Vieux-Port avec l’esprit qu’on veut quelque chose de vraiment différent et qui n’est vraiment pas comparable à ailleurs. (pour ne pas nommer la fameuse cabane du Pied de Cochon) C’est différent, c’est tout.

Une chose que j’ai apprécié par exemple, c’est justement le fait que ce ne soit pas trop lourd, trop sucré, trop salé, trop trop trop…

Je dois spécifié que c’était la première soirée de la Cabane du Vieux-Port et que nous étions invités précisément pour tester, roder la place, le menu et le service. Nos commentaires ont été recueillis et des ajustements seront fait.

Je n’en ai pas parlé encore, mais je trouve important de mentionner: le service était rapide et courtois. Même si nous étions beaucoup de convives, nous n’avons pas senti d’attente entre les services.

Bref, j’ai trouvé le concept super et je pense sincèrement que les promoteurs sauront s’améliorer et s’adapter rapidement. La nourriture de Danny St-Pierre m’a beaucoup plue et j’aimerais le découvrir d’avantage à son restaurant de Sherbrooke.

—————————–
La Cabane
Du 13 mars au 11 avril 2010
Pavillon Jacques-Cartier
Vieux-Port de Montréal

514 914-9661

Lumières et porto

La 11e édition du Festival Montréal en lumière est officiellement commencée!

Saviez-vous que le Festival Montréal en lumière est l’un des plus grands festival d’hiver au monde? Ce grand happening festif nous permet de prendre possession de la ville et de clamer haut et fort notre appartenance… et le froid ne nous arrêtera certainement pas! Notre hiver nous définit, il ne doit pas nous condamner!

Un zoo la nuit…

La programmation de Montréal en lumière, du 18 au 28 février 2010, allie arts de la scène, gastronomie et une tonne d’activités extérieures gratuites. C’est aussi lors de ce grand festival qu’a lieu un événement que j’adore plus que tout: la Nuit Blanche! Cette année, la Nuit Blanche sera le samedi 27 février. (Avouez que vous vous attendiez à ce que je parle de bouffe, hein? Gotcha!)

Les années dernières, travaillant dans une galerie, la Nuit Blanche je la passais à travailler. Étant oiseau de nuit, j’adorais recevoir les visiteurs aux petites heures du matin dans une ambiance festive et survoltée… mais je les enviais un peu de pouvoir vivre des moments aussi intenses. C’est pourquoi cette année, c’est vraiment avec bonheur que je parcourrai la ville jusqu’au levé du soleil! La liste des activités me laisse croire que mon choix ne sera pas facile!

Comme je le mentionnais plus haut, le Festival Montréal en lumière comporte un grand volet gastronomie (aaah la voilà, la bouffe!) Cette année c’est le Portugal qui est mis à l’honneur! 21 chefs et 18 vignerons portugais ont été jumelés à nos chefs d’ici et viendront passer 2 semaines à cuisiner pour vous, dans différents restaurants de la ville. Les billets, qui sont en ventes depuis quelques semaines, s’envolent comme de petits pains chauds!

Mais que sais-je de la gastronomie portugaise?

Vite comme ça je nommerais les fruits de mers, les sardines (brr!), les pastéis de nata (pâtisseries), le porto (je peux mettre ça dans gastronomie?) et, of course, l’incroyable poulet grillé piri piri, miam!

Finalement, pas grand chose! J’ai donc tout un pays à découvrir!

La journaliste de la Presse, Marie-Claude Lortie, qui arrive justement du Portugal, nous raconte qu’elle y a trouvé toute une culture à goûter.

Pour savoir l’horaire des événements du volet bouffe, je vous suggère de vous rendre sur le site du Festival, où vous trouverez toute l’information nécessaire tel que la description des chefs et à quels restaurants ils sont jumelés.

> Fausto Airoldi, président d’honneur, maître de la cuisine portugaise contemporaine, au restaurant Spot São Luiz, Lisbonne.

Comment faire son choix?

Pas facile comme réponse c’est pourquoi je fais confiance aux experts:

Texte de Robert Beauchemin Montréal en lumière: des événements à ne pas rater

Quelques textes et recettes sur cyberpresse, s’enrichissiera certainement dans les prochains jours: Montréal en lumière 2010/ volet-gastronomique

En anglais, voir les textes de Lesley Chesterman: Welcome, Portugal! et More culinary High Lights highlights

Comme beaucoup des restaurants sont déjà pleins, voici des suggestions de Julian Armstrong, aussi de la Gazette: Plenty of bargains left for lunches and 5-to-7s

Dans le texte d’Armstrong, on y apprend, entre autre, qu’il y aura des dégustations gratuites ce weekend au Marché Jean-Talon! Si vous aimez le gratis ;), observez bien la liste des événements car il y en a plusieurs autres.

Accessible la gastronomie?

La popularité du volet gastronomique est incontestable, les tables sont bookées à la vitesse de l’éclaire et plusieurs événements sont déjà complets. Par contre, je trouve dommage que le prix, parfois exorbitant, des billets (allant jusqu’à 500$ pour le repas « Grand menu, grands crus! » du Decca77) ne soient pas accessibles à toutes les bourses. Est-ce que ça ne va pas à l’encontre des autres volets plus populaires et familiaux du Festival?

Je vous laisse sur une idée originales de Mme Lortie, parue l’année dernière dans le cadre de la 10e édition.

Bon festival!
_________________

>

Étant donné qu’on est dans le vif du sujet, j’ai envie d’y aller avec une suggestion hors du circuit de Montréal en lumière (ou hors du circuit tout court!) Il y a quelques temps ma belle-famille (allo Julie, Stéphan, Françine et Yvon!) nous a fait découvrir un tout petit resto portugais… à Laval! Ça vaut la peine de le dire puisque ce n’est pas tous les jours qu’on s’y rend ;)

La bouffe est vraiment bonne, les assiettes méga remplies et le service est impeccable. Les proprios, hyper sympathiques, sont portugais.

A Beira Mar
4355, boul. St-Martin O (coin Francoeur)
H7T 1C5
Laval

450 973-1990

Rôles inversés!

Une belle surprise dans notre boîte à lettre cette semaine!

Alors que nous étions en pleins préparatifs pour nos soirées 2Capricieux, voilà que le dernier numéro de la revue Montréal Centre-Ville fait sa sortie printanière!

Wouhou! Notre première entrevue! :D

Le thème de ce dernier numéro est définitivement gourmand! Vous trouverez à l’intérieur du magazine des tonnes suggestions restos situés au Centre-Ville, dont plusieurs que nous n’avons pas eu l’occasion d’essayer encore!

Procurez-vous le magazine pour voir lesquelles de nos suggestions ont été retenues en plus de celles de d’autres bloggeurs Montréalais bien établis.

Dans un même ordre d’idée…

Nous avions envie de partager avec vous quatre textes qui ont été écrits suite à nos récentes soirées aux allures clandestines.

Les soirées 2Capricieux (un moment donné va falloir leur trouver un nom + intéressant que ça!), c’est un peu une manière pour nous de renverser les rôles, de jouer au restaurateur une fois (deux fois, trois fois) dans l’année. De cette façon nous ne faisons pas que critiquer les restos, nous nous exposons nous aussi, à la critique. Et vous savez quoi? Non seulement ça nous permet de transmettre la passion que nous avons pour la bouffe, de créer des rencontres fortuites plus qu’intéressantes, mais cela nous permet de comprendre encore mieux les restaurants que nous visitons et de les apprécier (ou pas! *tousse*)

Nos événements font beaucoup jaser, il faut l’avouer, à cause de leur caractère mystérieux. Nous recevons à chaque fois des tonnes de questions! Nous tentons toujours de répondre le plus possible à toutes les interrogations, de rassurer les gens, sans pour autant tout dévoiler.

Il faut vivre l’expérience pour vraiment comprendre!

Évidement nous comprenons le besoin d’être rassuré! Je crois que les textes suivants vous feront comprendre un peu ce que les gens ont vécu lors de notre soirée où la bouffe était déclinée sous le thème du Japon!

Texte de Josianne Massé, Blogosphère.branchez-vous.com:
Une soirée avec les 2Capricieux

Texte de Véronique Gingras, les Zurbaines:
Soirée 2Capricieux

Texte d’Alex Lauzon, Je suis Alex Lauzon:
Blind date avec les 2Capricieux

Texte de la flamboyante Christelle, Christelle is flabbergasting
Une soirée chez les 2Capricieux

Impossible pour nous de vous dire à quand la prochaine car nous aimons la spontanéité de la chose… mais une chose est sur, nous avons définitivement l’intention de revivre l’expérience!

Merci, merci et merci aux quatre auteurs qui ont pris un moment pour exprimer leur perception de l’expérience. En plus de nous faire vivre la soirée sous un regard neuf, ce feedback sera très important pour nous permettre de nous améliorer.