Archives de Catégorie: 2Capricieux essaient

Un samedi à Brooklyn

Il y a quelques semaines, j’ai passé une journée totalement improvisée à Brooklyn, le coin de pays de Chloé et Dennis du blogue Tag:Wine.

Nous avons d’abord commencé par faire le tour du quartier Williamsburg à la recherche d’un endroit pour bruncher. Notre idée de départ, le restaurant Eggs, était complet et l’attente nous semblait trop longue. Deuxième option: Blue Bottle! Mmm prendre un bon café au Blue Bottle! Charmant, oui, mais il semble que tout le monde y ait pensé, on poursuit donc notre route!


Photo prise sur le site du Café Colette

Nous avons finalement atterri sur la terrasse du Café Colette et notre brunch était ab-so-lu-ment délicieux, je n’aurais pu espérer mieux! Mon assiette était composée de deux oeufs pochés servis sur une feuille de kale frite et d’une purée de pois chiches à l’harissa, le tout monté sur un morceau de pain.

Très original et très simple à la fois, j’ai tellement aimé que depuis, je n’ai qu’une envie, y retourner! J’étais un peu gênée de prendre une photo alors je vous en ai trouvé une sur Foodspotting:


Photo par Nico Alary

Après le déjeuner, nous nous sommes promené dans les rues de ce quartier  polonais où on y retrouve un marché extérieur, une multitude de cafés et des jeunes plus cool les uns que les autres.

Greenpoint vu du toit de la Pencil Factory!

Pour profiter du soleil de printemps et pour admirer la vue de Manhattan qui se déploie devant nos yeux, nous sommes montés sur la terrasse de la Pencil Factory. Pour nous accompagner: deux bons cheddars et du cidre de pomme pris non loin de là chez Eastern District, une petite boutique de fromage sympathique où l’on trouve aussi un vaste choix de bières et de viandes froides.

Je ne me rappelle plus comment c’est venu sur le sujet, mais Dennis tenait mordicus à me faire essayer les ailes de poulet d’un bar du coin! (il n’a pas eu à me convaincre longtemps!) Une fois dans la rue, c’est là qu’il eu la brillante idée de transformer l’expédition en un beer crawl!

Pour ceux qui ne serait pas au courant du principe de crawling… sachez que c’est la plus belle invention du monde des foodies! En gros, cela consiste à se promener d’un endroit à l’autre pour manger les spécialités des restaurants avoisinants. Nous voilà donc partis tester quelques bières de Greenpoint!

Pss! Cliquez sur le nom des pubs pour visiter leurs sites!

1er arrêt: The Brouwerij Lane

À mi-chemin entre un dépanneur et un pub, la Brouwerij me plait immédiatement. Un gros frigo contenant des centaines de bières nous indique clairement que nous sommes avec des connaisseurs. Malheureusement, ce frigo ne contient pas de bières québécoises… pas encore du moins car le proprio avait sur son comptoir une bière du Trou du Diable et semblait être sur le point de les importer!

Ce que j’ai trouvé cool par dessus tout, c’est la bière on tap…. pour emporter!  Pour 5$ en consigne, on vous donne une bouteille vide à remplir de la bière de votre choix. Plusieurs bars du coin offrent le on tap alors ce n’est pas inusité de voir les gens retourner à la maison avec leur cruche brune bien remplie!

2e arrêt: Veronica people’s club 

Pub à la déco très épurée et sans prétention. Il y a une petite cour arrière pour les soirs d’été mais lors de notre visite, le temps était encore un peu frisquet pour en profiter! Il parait qu’on y sert aussi du bon café mais nous nous en sommes tenu au projet initial: La bière!

3e arrêt: The Pencil Factory Bar


Situé près de l’usine à crayons (d’où son nom), ce bar a une très longue histoire et servait autrefois de refuge aux employés de l’usine (et maintenant à ses résidents!) et aux marins qui travaillaient au port non loin de là.

Si vous avez la chance de vous arrêter pour une pinte, regardez bien le bar et les armoires d’époque! En plein après-midi, l’ambiance était décontractée et le service très friendly.

4e arrêt: Red Star Bar

Dernier arrêt de notre tournée et essentiellement le point culminant de tout notre beer crawl:  Les Red Star’s Famous Buffalo Wings! Bar sportif qui se respecte, ambiance complètement différente des trois autres arrêts, la bière en fût coule à flot et les ailes se mangent au son de la game!

Ce soir-là, en rentrant dans Queens chez une amie, je me suis perdue. L’histoire ne dira jamais si mon sens de l’orientation fut altéré par une (ou toutes!) ces pintes!

Publicités

Lames d’exception

Bienvenue chez L’Émouleur, lame d’exception!

Vous aimez cuisiner mais êtes-vous bien équipés pour le faire? Vous devez savoir que les grands chefs prennent un soin jaloux de leurs couteaux et s’en remettent plus souvent qu’autrement, aux couteaux japonais.

Si vous êtes prêts à faire le saut vers un produit haut de gamme ou si vous voulez faire plaisir à votre cuistot personnel, alors entrez dans la petite boutique, nichée sur la rue Laurier Ouest, et découvrez avec bonheur les centaines de couteaux de cuisine japonais et les ma-gni-fi-ques accessoires!

Guillaume, notre Émouleur national, est un homme de passion et de coeur. Lorsqu’on lui fait une visite, on est certain d’obtenir un service plus que personnalisé et de qualité. Pour lui, les lames japonaises n’ont plus aucun secret.

À la première visite, vous serez sûrement déboussolés. (Mais comment choisir parmi tous ces couteaux?!) C’est là que l’aide de Guillaume est primordiale car il vous aidera à déterminer quel genre de couteau vous avez besoin: Cherchez-vous quelque chose pour la volaille, les légumes… pour faire un peu de tout?

Une fois que vous saurez vers où vous allez, c’est le temps de l’essayer! Les couteaux de L’Émouleur ne sont pas des couteaux qu’on prend à la légère, c’est donc pourquoi vous allez faire passer un road test aux couteaux qu’on vous proposera!

Portez attention au ballant, la forme du manche et son matériel (le type de bois), le poids et la longueur du couteau! Allez-y avec votre coup de coeur, après tout, vous garderez ce couteau pour la vie!


> Allo les beaux motifs!


> Voici les pierres d’affûtages!

Toutes les lames sont affûtées à la main par l’Émouleur, selon les techniques traditionnelles japonaises, tout un art! La première fois que j’ai utilisé mon couteau, j’ai été vraiment renversée, la coupe était si précise, si fine!

> J’ai craqué pour les planches à découper, un jour j’en aurai une!

Ce sont des planches québécoises fabriquées par un ébéniste issu d’une 6e génération de père en fils! Les planches sont faites de bois debout, i.e. les fibres sont à la verticale, donc plus doux pour le fil de la lame de votre couteau.

Après avoir fait l’expérience des couteaux japonais, impossible d’imaginer qu’on pourrait retourner en arrière. Oui ces petites merveilles sont un investissement, mais si vous les entretenez bien, vos couteaux seront vos fidèles compagnons pour toujours!

L’Émouleur lames d’exception
1081 Laurier Ouest
Montréal
H2V 2L2

514 813-3135

D’amour et d’eau chaude

Voici un thé que j’apprécie énormément: Le Earl Grey Impérial de Mariage Frères. Certains considèrent les thés de la maison française Mariages Frères comme parmi les meilleurs thés au monde… par conséquent son prix n’est pas donné mais la richesse des saveurs vaut définitivement ce petit luxe!

Les effluves qui s’y échappent, lorsque l’eau bien fumante rencontre les feuilles de thé noir au fond de votre tasse de porcelaine, sont de celles qui marqueront votre mémoire olfactive à tout jamais. Dans le cas du Earl Grey Impérial, dès l’instant où vous tiendrez la boîte entre vos mains, l’odeur orangée de la bergamote viendra vous envoûter. Vous serez agréablement surpris de son goût soutenu lors de la dégustation, on est loin du thé Lipton!

Réconfort assuré et instantané!

Malheureusement, je ne connais pas tous les endroits où vous pouvez vous procurer les thés Mariage Frères (autre que sur leur boutique en ligne) mais, je peux dire que j’ai acheté cette boîte au Café Holt [Renfrew] de Québec.

J’aimerais en profiter pour remercier chaleureusement Maison & Demeure et plus particulièrement, Marie-Eve Best, pour avoir inclus 2Capricieux parmi ses blogues bouffes préférés! (Cliquez ici pour voir ses autres blogues favoris.)

Et en terminant, après un an en nominations aux Canadian Weblog Awards, nous nous sommes mérité la 2e place dans la catégorie « French Language »! Félicitations aux Banlieusardises pour avoir remporté la première place!

————–
+ Si vous aimez le thé, vous aimerez peut-être mon article sur la boutique Kusmi
+ À voir ma collabo avec Maison & Demeure: Les objets préférés de ma cuisine

enRoute pour la meilleure table!


> Photos Virginia Macdonald

qui sera Le meilleur restaurant canadien 2010?

Le magazine enRoute vient tout juste de dévoiler sa très attendue liste des meilleurs nouveaux restos canadiens. Une liste ne comprenant que les meilleures -nouvelles- (il ne faut pas l’oublier) tables, qui a pour but de faire évoluer l’identité culinaire canadienne et qui espère avoir une incidence appréciable et durable sur notre culture de la restauration.

Alors sans plus attendre, le nom du grand gagnant 2010 est…. Haisai!  Un restaurant dans Singhampton en Ontario et d’après la description de la journaliste Sarah Mulgrave, nous avons tous maintenant une très bonne raison d’avoir envie de se rendre en Ontario!

Manger au Haisai est un conte de fées. Avec une faim heureuse.
– Sarah Musgrave


> Photos Virginia Macdonald

Mais comment fait-on pour déterminer les meilleurs restos au pays?

Tout d’abord à la tête, il y a la journaliste Sarah Musgrave. Puis, le magazine se bâtit une équipe pancanadienne avec des gens qui ont différentes expertises et intérêts au niveau gastronomique…  et oui, les 2Capricieux étaient parmi ces gens! Nous étions vraiment plus qu’excités à l’idée de  vivre cette expérience.

Chacun de notre côté, nous devions soumettre une liste de restos qui, selon nous, se méritaient une place au sein de cette liste très sélecte. Nous avons pris notre rôle très au sérieux et, malgré le fait que nous en avons testé des restos en 2009, ce ne fût pas une tâche si simple à accomplir!

Nous devions respecter la contrainte: uniquement des restos qui ont ouvert leurs portes entre juin 2009 et juillet 2010. ouf!

Pour une neuvième année consécutive, Sarah Musgrave, armée de la présélection du jury, est partie à l’aventure à travers le pays. Incognito, elle s’est attablée à plus de 200 restaurants et a commencé tranquillement à dresser son palmarès.

Sur les 10 meilleurs restos canadiens, 2 restaurants sont montréalais (yé!) et 1 des choix des 2Capricieux s’y retrouve: Le Quartier Général.

Pour connaître la liste complète des nouveaux restaurants s’étant mérités une place sur le palmarès du enRoute Magazine: Cliquez ici et ici pour la liste complète du jury.

Ce fut un très grand honneur pour nous de participer à cette aventure, merci!

Parada 22

Le bonheur, c’est un café chaud et l’internet gratuit

Cet été, sur un coup de tête, je suis partie à San Francisco. Sans plans réels et surtout sans attente. La ville m’a complètement charmée, voire bouleversée. Voyager seule nous fait tellement voir les choses d’une autre façon!

Évidement j’y ai pris une tonne de photos alors, si vous en avez envie, je vous pourrais vous en présenter quelques-unes dans les semaines qui suivent.

Mais aujourd’hui je vous emmène… à Puerto Rico (kind of)

En voyage j’aime m’imprégner du lieu et prendre mon temps partout où je passe.  Cette journée-là j’explorais le fameux quartier coloré: Haight and Ashbury. Reconnu jadis comme LE quartier hippie (peace and love bébé!), il est bourré de boutiques vintages et moi j’aime le vintage.

J’errais tout bonnement, photographiant les rues tout en prenant le temps d’entrer ici et là à la recherche de petits trésors seconde main – ou pour dire vrai, je me cherchais désespérément une robe de bal des années 80 mais ça, c’est une autre histoire.

Puis j’ai eu faim, mais surtout soif, et c’est comme ça que je me suis mise à chercher un café où je pourrais casser la croûte. Et sans trop réfléchir, c’est chez Parada 22 que j’ai décidé d’entrer. Petit resto portoricain simple et chaleureux qui, malgré ses couleurs assez criardes, se fond au décor de son quartier multicolore.

Le menu est collé sur un mur et je jette mon dévolu sur un sandwich au poulet, oignons caramélisés et fromage (en fait, je prends exactement la même chose que l’homme devant moi, qui semble être un habitué.) Pour boire je choisis un coke puisqu’un pichet d’eau et des verres sont dispo en libre service (comme dans pas mal tous les petits cafés du coin.) Un détail que j’apprécie beaucoup d’ailleurs car il fait chaud!

Je m’assois et j’inspire… re-la-xe. Après toute cette marche, un petit break est bienvenu. Petit plaisir: la bouteille de Coke qu’on me sert est en vitre et glaciale. pschh haaa! (son du décapsuleur et de ma première gorgée désaltérante, ouin.)

Je mets très rarement des photos de gens sur ce blogue, surtout sans leur consentement, mais cette jeune femme me faisait craquer. Elle ne faisait pas que lire, mais elle dansait sur son banc au son de la musique en claquant des doigts… je ne suis même pas certaine qu’elle s’en rendait compte!

Et j’ai trouvé ça beau.

Mon sandwich dans toute sa splendeur et dans sa déliciosité (ça devrait tellement exister comme mot ;) ) Comme on voit c’est très simple comme bouffe, quoi que certains plats sont un peu plus étoffés, mais à peine. Le tout est servi dans des plats et ustensiles compostables, sinon le reste se recycle, car à SF on est très conscientisé et responsable de ce côté.

L’endroit est chaleureux, offre le free wifi, une bonne bouffe chaude et me permet d’allonger mes pauvres jambes endolories par les heures, et les heures de marche à arpenter les rues de la ville.

Parada 22 est un petit café où je retournerais régulièrement si j’étais dans les parages. La bouffe est honnête, semblerait-il assez typique et surtout vraiment pas chère (moins de 10$ par plat). Évidement ce n’est pas LE resto qui vaut la peine d’acheter un ticket d’avion pour vous y rendre immédiatement!

Cette petite découverte inattendue fait partie des 1001 raisons pour lesquelles j’ai eu le plus gros des coups de coeur pour la ville de San Francisco… et pour lesquelles j’aime voyager par la bouffe.

Adios!

———–
Parada 22
1805 Haight St,
San Francisco, CA 94117
USA

(415) 750-1111

Bistro Lustucru et… L’épicerie!

EAVB_ICYZUUZJTD

Première fois que nous sommes invités officiellement à l’ouverture d’un restaurant…

…ou peut-être la première fois qu’on accepte d’y aller?

Ça peut avoir l’air comme si nous sommes des habitués de ce genre d’activité… mais non! Je dois avouer que ce n’est pas vraiment notre moment préféré pour découvrir un resto. Mais pas du tout.

Et pour dire vrai, ce soir-là j’ai eu l’impression de suffoquer un peu dans cette marée noire de monde sans parler que j’ai eu l’impression de n’avoir vu que la pointe de l’iceberg de ce nouveau bistro: Lustucru.

==

Par contre la foule ne me fait pas peur alors j’ai pris le temps de regarder un peu les airs de l’endroit, je m’y suis plue.

Le local est simple, tout en long, avec au fond une mezzanine pour accueillir des groupes. La devanture du bistro est faite de grandes portes coulissantes, ce qui permet d’ouvrir pleine grandeur.

=.=

=.=

Le gros élément de décoration aux murs, c’est l’utilisation d’immenses tableaux verts… même si ça semble déjà vu, je les ai trouvé originaux et bien utilisés.

Contrairement à certains restaurants où l’ardoise est souvent difficile à lire, ici l’espace dégagé rend le menu très facile à décrypter. De plus, on n’hésite pas à l’écrire deux fois plutôt qu’une, parfait pour les gens à l’arrière.

J’ai beaucoup aimé les petites touches industrielles dans le décor.

=.=

Le menu du Lustucru est élaboré selon le principe de la cuisine du marché, c’est à dire en fonction de la disponibilité des produits de saison.

J’aime ce genre de menu car il varie souvent… mais pas trop non plus! On veut que nos futurs favoris restent à l’affiche!

=.=

La spécialité du restaurant est le bar à cru… on peut donc penser qu’il deviendra un incontournable pour un bon tartare, yé!

J’aurais eu envie d’échantillonner le tartare de cerf dès ce soir-là mais l’achalandage était tel qu’il était impossible (ou presque) de trouver et une place assise, et un serveur.

Étant donné que c’était l’ouverture, nous avons eu droit à quelques bouchées mais pas assez pour avoir une vraie idée de l’étendu du savoir-faire des chefs Iannick Lessard et Guillaume Vignola. Nous reviendrons!

Et puis dans le resto où l’on peut normalement accueillir 86 personnes, la foule était très dense. Trop dense. (oui, je me répète)

On se rassure par exemple, la foule ne sera pas toujours aussi intense! Je pense vraiment que Lustucru sera un p’tit resto de quartier vraiment agréable à découvrir et petit plus: il y a un spécial après 22h, super pour ceux qui aiment manger tard!

———
Bistro Lustucru
5159, Avenue du Parc
Montréal
H2V 4G3

514 439-6701

L’épicerie

Si nous étions invités à l’ouverture du Lustucru, c’est aussi qu’on nous avait demandé d’accorder une entrevue à l’émission L’épicerie!

le Capricieux ne pouvait se libérer,  j’ai dû y aller seule… ouf!

=.=

Je croyais avoir le temps de développer un p’tit stress avant l’entrevue… mais à peine 2 minutes après mon arrivée sur place, j’étais déjà assise au bar avec l’animatrice Johane Despins! Les choses bougent vite et c’est mieux comme ça.

Nous avons jasé de l’influence des blogueurs et des médias sociaux dans le monde de la gastronomie et tout de suite après notre entretien, nous nous sommes assises à table avec deux autres blogueurs, dont Christelle. Avec eux, nous avons poursuivi la conversation autour de twitter et de la passion de bloguer.

Une chose est sure, nous aurions pu continuer des heures et des heures à jaser mais, comme nous sommes avant tout des épicuriens… il fallait bien aller goûter à ces petites bouchées là!

P.s. L’émission devrait passer en octobre!


Vins grecs et… sushis!

Ce sont des jeunes passionnés, à la recherche de vins vrais,

qui misent sur le plaisir de la découverte!

Je vous présente Aurelia, Théo et Alexis et ils forment ensemble l’agence de vins Oenopole! Un trio explosif qui recherche dans le vin, le coeur de son créateur et qui s’intéressent tant au terroir qu’à l’émotion qu’il déclenche.

Ce qu’on apprécie de leur travail c’est qu’ils partent à la recherche de coups de coeur et qu’ils nous reviennent non seulement avec de la qualité, mais avec des récits de voyages. Lorsqu’ils nous parlent de leur vignerons, on a qu’une seule envie: tous les adopter.

La Capricieuse les a rencontrés lors de l’événement Big in Japan, but Bigger in Greece! Oenopole organisait cette rencontre afin de faire découvrir ses vins grecs, tous en dégustant la délicieuse cuisine du Kaizen sushis.

=.=

Tout d’abord nous étions bien entouré de gens connaisseurs mais sans prétentions, nous pouvions sans gêne poser toutes nos questions de néophytes. Plusieurs en ont profité! (hello!)

Dernièrement le coeur d’Oenopole a élu domicile en Grèce, et plus précisément sur l’île de Santorin. De cet archipel volcanique, ils nous ont rapportés trois vins du domaine Argyros que nous avons dégusté avec bonheur.

=.=

Sur les deux photos ci-haut, voici Aurelia Filion et Theo Diamantis, deux des trois comparses de l’agence de vin Oenopole avec Alexis Fortier-Lalonde, aussi présent ce soir-là!

=.=

C’est sur des plateaux de fruits de mers décadents de chez Kaizen sushis, que nous avons eu l’honneur de déguster ces vins grecs. Des vins blancs minéraux, acidulés et nets, qui s’accordaient vraiment bien à notre menu de par leurs goûts citronnés et frais.

La Capricieuse (n’étant pas l’amateur de poissons et fruits de mers qu’on aimerait qu’elle soit!) se voyait très bien allier son verre d’Atlantis en apéro avec des feuilles de vignes, ou pour être dans le ton, sur une bonne grosse salade grecque.. miam!

Le chef Antonio Park a vraiment fait un travail extraordinaire dans la cuisine. C’était ma première fois à ce resto et je veux définitivement y retourner!

=.=

Cassady Sniatowsky, sympathique co-proprio et sommelier du Kaizen c’est vraiment bien occupé de nous, merci!

=.=

En dessert on nous a servis des churros (j’adore les churros!) avec une crème au thé vert… et un verre de Vinsanto 1988!

Wow! J’ai été renversée par ce vin liquoreux, sucré et complexe, qui s’harmoniserait vraiment bien… chez nous! ;) Si j’ai bien compris, ce vin est vieillit 17 ans dans des barriques de chênes puis 3 ans en bouteille.

Je ne sais pas pourquoi, mais après une gorgée de Vinsanto j’étais rendue sur un balcon d’une île de Grèce, un soir d’été. Les hommes qui grillent un p’tit cigar, et les femmes, une palette de choco 70% au bec…et de la musique, of course!

Η ζωή είναι ωραία!

J’ai tellement passé une belle soirée en charmante compagnie. Beaucoup de rires, beaucoup de bons vins et de bonne bouffe…

Je lève mon verre à la gang d’Oenopole qui a accompli sa mission: Nous avons bu bon, nous avons bu vrai!

————————-
Pour en savoir plus sur Oenople et sur leurs prochaines activités:
Oenopole.ca