Archives de Catégorie: 2Capricieux en voyage

Un nouveau blogue pour la Capricieuse!

Bonjour!

Bonne nouvelle! Je suis ici pour vous présenter mon nouveau bébé: Le blogue Cap sur New York! Joignez-vous à moi pour tout savoir sur la vie dans la Grosse Pomme que vous planifiez un voyage, ou pas!

Même si je ratisserai plus large que juste la bouffe, je vous promets que celle-ci sera très présente. Comme on dit, on peut sortir la Capriceuse de Montréal… mais pas de son assiette!

À bientôt j’espère,
Annie

Blogue: Cap sur New York
Page Facebook: https://www.facebook.com/CapSurNewYork

Un samedi pour une éternité

Il y a près d’un an, je passais un samedi à Brooklyn.

Prolongement d’une semaine passée à travailler dans la Grosse Pomme je devais, ce weekend-là, décider si oui ou non j’avais envie d’y déposer mes bagages. Une grosse décision que je n’imaginais  jamais avoir à prendre dans ma vie.

Pour cela,  je n’ai pas hésité: Adieu Montréal, Hello New York!

J’ai donc fait la navette une dizaine de fois avant de jeter ancrage en pleine canicule de juillet, au 4e d’un bloc sans ascenseur, typiquement new-yorkais.

Depuis, il n’y a pas une semaine où je n’ai pas pensé aux 2Capricieux, et à vous. Chaque coin de rue est une découverte et autant d’aventures à raconter. Je recommence ma vie avec émerveillement et curiosité. Avec appétit!

J’ai jonglé durant des mois pour voir ce que je pourrais faire avec ce blogue, incapable de mettre la clé dans la porte. Puis il devenu évident que, bien que 2Capricieux ait le droit de voyager, son coeur est branché sur Montréal… à jamais.

Remplir ce carnet d’anecdotes new-yorkaises – aussi délicieuses soient-elles – n’est tout simplement pas approprié.

Tout au long de cette aventure, j’espère vous avoir transmis ma passion. Que celle-ci fût assez contagieuse pour vous encourager à découvrir de nouveaux restaurants, de nouvelles saveurs… et qui sait, peut-être même de partir votre propre blogue!

Merci du fond du coeur pour les belles années passées à dévorer la ville avec moi. Je n’oublierai jamais que je suis aujourd’hui à New York en grande partie grâce à mon blogue – petit projet personnel devenu grand – et grâce à vous.

Cultivez votre passion, dévorez-la!

Le temps est venu pour moi de quitter la table, non sans être repue par cette expérience enivrante, et à la poursuite de nouvelles aventures.

Merci encore, Annie xx

p.s. Si vous aimez New York, vous pouvez me rejoindre sur Tumblr où je partage des photos prises selon l’inspiration du moment avec pour seul thème: la ville!

Un samedi à Brooklyn

Il y a quelques semaines, j’ai passé une journée totalement improvisée à Brooklyn, le coin de pays de Chloé et Dennis du blogue Tag:Wine.

Nous avons d’abord commencé par faire le tour du quartier Williamsburg à la recherche d’un endroit pour bruncher. Notre idée de départ, le restaurant Eggs, était complet et l’attente nous semblait trop longue. Deuxième option: Blue Bottle! Mmm prendre un bon café au Blue Bottle! Charmant, oui, mais il semble que tout le monde y ait pensé, on poursuit donc notre route!


Photo prise sur le site du Café Colette

Nous avons finalement atterri sur la terrasse du Café Colette et notre brunch était ab-so-lu-ment délicieux, je n’aurais pu espérer mieux! Mon assiette était composée de deux oeufs pochés servis sur une feuille de kale frite et d’une purée de pois chiches à l’harissa, le tout monté sur un morceau de pain.

Très original et très simple à la fois, j’ai tellement aimé que depuis, je n’ai qu’une envie, y retourner! J’étais un peu gênée de prendre une photo alors je vous en ai trouvé une sur Foodspotting:


Photo par Nico Alary

Après le déjeuner, nous nous sommes promené dans les rues de ce quartier  polonais où on y retrouve un marché extérieur, une multitude de cafés et des jeunes plus cool les uns que les autres.

Greenpoint vu du toit de la Pencil Factory!

Pour profiter du soleil de printemps et pour admirer la vue de Manhattan qui se déploie devant nos yeux, nous sommes montés sur la terrasse de la Pencil Factory. Pour nous accompagner: deux bons cheddars et du cidre de pomme pris non loin de là chez Eastern District, une petite boutique de fromage sympathique où l’on trouve aussi un vaste choix de bières et de viandes froides.

Je ne me rappelle plus comment c’est venu sur le sujet, mais Dennis tenait mordicus à me faire essayer les ailes de poulet d’un bar du coin! (il n’a pas eu à me convaincre longtemps!) Une fois dans la rue, c’est là qu’il eu la brillante idée de transformer l’expédition en un beer crawl!

Pour ceux qui ne serait pas au courant du principe de crawling… sachez que c’est la plus belle invention du monde des foodies! En gros, cela consiste à se promener d’un endroit à l’autre pour manger les spécialités des restaurants avoisinants. Nous voilà donc partis tester quelques bières de Greenpoint!

Pss! Cliquez sur le nom des pubs pour visiter leurs sites!

1er arrêt: The Brouwerij Lane

À mi-chemin entre un dépanneur et un pub, la Brouwerij me plait immédiatement. Un gros frigo contenant des centaines de bières nous indique clairement que nous sommes avec des connaisseurs. Malheureusement, ce frigo ne contient pas de bières québécoises… pas encore du moins car le proprio avait sur son comptoir une bière du Trou du Diable et semblait être sur le point de les importer!

Ce que j’ai trouvé cool par dessus tout, c’est la bière on tap…. pour emporter!  Pour 5$ en consigne, on vous donne une bouteille vide à remplir de la bière de votre choix. Plusieurs bars du coin offrent le on tap alors ce n’est pas inusité de voir les gens retourner à la maison avec leur cruche brune bien remplie!

2e arrêt: Veronica people’s club 

Pub à la déco très épurée et sans prétention. Il y a une petite cour arrière pour les soirs d’été mais lors de notre visite, le temps était encore un peu frisquet pour en profiter! Il parait qu’on y sert aussi du bon café mais nous nous en sommes tenu au projet initial: La bière!

3e arrêt: The Pencil Factory Bar


Situé près de l’usine à crayons (d’où son nom), ce bar a une très longue histoire et servait autrefois de refuge aux employés de l’usine (et maintenant à ses résidents!) et aux marins qui travaillaient au port non loin de là.

Si vous avez la chance de vous arrêter pour une pinte, regardez bien le bar et les armoires d’époque! En plein après-midi, l’ambiance était décontractée et le service très friendly.

4e arrêt: Red Star Bar

Dernier arrêt de notre tournée et essentiellement le point culminant de tout notre beer crawl:  Les Red Star’s Famous Buffalo Wings! Bar sportif qui se respecte, ambiance complètement différente des trois autres arrêts, la bière en fût coule à flot et les ailes se mangent au son de la game!

Ce soir-là, en rentrant dans Queens chez une amie, je me suis perdue. L’histoire ne dira jamais si mon sens de l’orientation fut altéré par une (ou toutes!) ces pintes!

enRoute pour la meilleure table!


> Photos Virginia Macdonald

qui sera Le meilleur restaurant canadien 2010?

Le magazine enRoute vient tout juste de dévoiler sa très attendue liste des meilleurs nouveaux restos canadiens. Une liste ne comprenant que les meilleures -nouvelles- (il ne faut pas l’oublier) tables, qui a pour but de faire évoluer l’identité culinaire canadienne et qui espère avoir une incidence appréciable et durable sur notre culture de la restauration.

Alors sans plus attendre, le nom du grand gagnant 2010 est…. Haisai!  Un restaurant dans Singhampton en Ontario et d’après la description de la journaliste Sarah Mulgrave, nous avons tous maintenant une très bonne raison d’avoir envie de se rendre en Ontario!

Manger au Haisai est un conte de fées. Avec une faim heureuse.
– Sarah Musgrave


> Photos Virginia Macdonald

Mais comment fait-on pour déterminer les meilleurs restos au pays?

Tout d’abord à la tête, il y a la journaliste Sarah Musgrave. Puis, le magazine se bâtit une équipe pancanadienne avec des gens qui ont différentes expertises et intérêts au niveau gastronomique…  et oui, les 2Capricieux étaient parmi ces gens! Nous étions vraiment plus qu’excités à l’idée de  vivre cette expérience.

Chacun de notre côté, nous devions soumettre une liste de restos qui, selon nous, se méritaient une place au sein de cette liste très sélecte. Nous avons pris notre rôle très au sérieux et, malgré le fait que nous en avons testé des restos en 2009, ce ne fût pas une tâche si simple à accomplir!

Nous devions respecter la contrainte: uniquement des restos qui ont ouvert leurs portes entre juin 2009 et juillet 2010. ouf!

Pour une neuvième année consécutive, Sarah Musgrave, armée de la présélection du jury, est partie à l’aventure à travers le pays. Incognito, elle s’est attablée à plus de 200 restaurants et a commencé tranquillement à dresser son palmarès.

Sur les 10 meilleurs restos canadiens, 2 restaurants sont montréalais (yé!) et 1 des choix des 2Capricieux s’y retrouve: Le Quartier Général.

Pour connaître la liste complète des nouveaux restaurants s’étant mérités une place sur le palmarès du enRoute Magazine: Cliquez ici et ici pour la liste complète du jury.

Ce fut un très grand honneur pour nous de participer à cette aventure, merci!

Parada 22

Le bonheur, c’est un café chaud et l’internet gratuit

Cet été, sur un coup de tête, je suis partie à San Francisco. Sans plans réels et surtout sans attente. La ville m’a complètement charmée, voire bouleversée. Voyager seule nous fait tellement voir les choses d’une autre façon!

Évidement j’y ai pris une tonne de photos alors, si vous en avez envie, je vous pourrais vous en présenter quelques-unes dans les semaines qui suivent.

Mais aujourd’hui je vous emmène… à Puerto Rico (kind of)

En voyage j’aime m’imprégner du lieu et prendre mon temps partout où je passe.  Cette journée-là j’explorais le fameux quartier coloré: Haight and Ashbury. Reconnu jadis comme LE quartier hippie (peace and love bébé!), il est bourré de boutiques vintages et moi j’aime le vintage.

J’errais tout bonnement, photographiant les rues tout en prenant le temps d’entrer ici et là à la recherche de petits trésors seconde main – ou pour dire vrai, je me cherchais désespérément une robe de bal des années 80 mais ça, c’est une autre histoire.

Puis j’ai eu faim, mais surtout soif, et c’est comme ça que je me suis mise à chercher un café où je pourrais casser la croûte. Et sans trop réfléchir, c’est chez Parada 22 que j’ai décidé d’entrer. Petit resto portoricain simple et chaleureux qui, malgré ses couleurs assez criardes, se fond au décor de son quartier multicolore.

Le menu est collé sur un mur et je jette mon dévolu sur un sandwich au poulet, oignons caramélisés et fromage (en fait, je prends exactement la même chose que l’homme devant moi, qui semble être un habitué.) Pour boire je choisis un coke puisqu’un pichet d’eau et des verres sont dispo en libre service (comme dans pas mal tous les petits cafés du coin.) Un détail que j’apprécie beaucoup d’ailleurs car il fait chaud!

Je m’assois et j’inspire… re-la-xe. Après toute cette marche, un petit break est bienvenu. Petit plaisir: la bouteille de Coke qu’on me sert est en vitre et glaciale. pschh haaa! (son du décapsuleur et de ma première gorgée désaltérante, ouin.)

Je mets très rarement des photos de gens sur ce blogue, surtout sans leur consentement, mais cette jeune femme me faisait craquer. Elle ne faisait pas que lire, mais elle dansait sur son banc au son de la musique en claquant des doigts… je ne suis même pas certaine qu’elle s’en rendait compte!

Et j’ai trouvé ça beau.

Mon sandwich dans toute sa splendeur et dans sa déliciosité (ça devrait tellement exister comme mot ;) ) Comme on voit c’est très simple comme bouffe, quoi que certains plats sont un peu plus étoffés, mais à peine. Le tout est servi dans des plats et ustensiles compostables, sinon le reste se recycle, car à SF on est très conscientisé et responsable de ce côté.

L’endroit est chaleureux, offre le free wifi, une bonne bouffe chaude et me permet d’allonger mes pauvres jambes endolories par les heures, et les heures de marche à arpenter les rues de la ville.

Parada 22 est un petit café où je retournerais régulièrement si j’étais dans les parages. La bouffe est honnête, semblerait-il assez typique et surtout vraiment pas chère (moins de 10$ par plat). Évidement ce n’est pas LE resto qui vaut la peine d’acheter un ticket d’avion pour vous y rendre immédiatement!

Cette petite découverte inattendue fait partie des 1001 raisons pour lesquelles j’ai eu le plus gros des coups de coeur pour la ville de San Francisco… et pour lesquelles j’aime voyager par la bouffe.

Adios!

———–
Parada 22
1805 Haight St,
San Francisco, CA 94117
USA

(415) 750-1111

Cabane à sucre au Pied de Cochon, oui je le veux.

Ça me tente jamais d’aller à la cabane à sucre…

Contrairement à la capricieuse qui y allait tous les ans à celle de son grand-père.

De plus, n’étant pas un adepte de tout ce qui est dans le sirop, je ne rêve jamais avec hâte au temps des sucres, comme la majorité des québécois. Mais quand un groupe de bloggeurs foodies nous a demandé si on voulait aller avec eux à la cabane à sucre du Pied de Cochon (PDC), j’ai pas eu le choix de dire oui… fallait absolument expérimenter ça!

Surtout qu’il faut se prendre littéralement 6 mois, voir 1 an à l’avance, pour avoir sa place à la cabane la plus convoitée au Québec. Mettons que de son côté, la Capricieuse était fébrile.

On nous avait bien averti que cette Cabane était dans la même lignée que le fameux restaurant Montréalais. C’est à dire qu’on devait s’attendre à des mets pas très orthodoxe et de l’excès, et de l’excès. Et bien, nous avons été servi!

Voici ce qui est sorti de la cuisine de la cabane de Martin Picard et Cie.

– Le salé

> Soupe aux pois avec morceaux de foie gras

Tout un départ! Mon plat préféré de tout le menu salé, je suis un maniaque de soupe aux pois. Autour de moi tout le monde hochait la tête d’approbation, cette soupe a fait l’unanimité.

> Oreilles de christ et salade épinard-romaine-jambon-fromage

Pas un fan des oreilles du sauveur catholique, mais la salade était excellente! La Capricieuse s’y est vautrée, oreilles en moins.

=.=

> Tourtière à la viande et ketchup aux tomates maison

Un extra de 10$ pour une demi tourtière, seul extra au 49$ dollars que vous coûterons votre visite à la cabane, sauf les breuvages bien sur. Mais quel extra! C’est un MUST! Cette tourtière est excellente.

On en prend une demie portion pour 4 à 8 personnes, ou une complète pour un plus grand groupe. Soyez raisonnable, sinon vous ne vous rendrez pas au dessert! Si vous l’aimez, n’hésitez pas à en acheter une pour emporter à la toute fin de votre repas.

Ce fût sans contredit le plat préféré de la capricieuse de tout notre repas. Elle en a même pu en manger 3 morceaux! Le sien, le 3/4 du mien et le dernier morceau de la table.

« Je mange pas de poisson, je peux avoir le dernier morceau? »

> Cretons maison

Super bons cretons mais pas de pain pour manger avec (quoi que des morceaux de pains avec tout ce repas auraient été superflus..) Un peu lourd tout seul pour le commun des mortels je crois, dommage car on a laissé derrière nous plusieurs « boules » non entamées. On aurait du prendre un doggy bag!

> Omelette à l’esturgeon fumé garni d’épaule de porc

Le poisson fumé était assez puissant merci! J’aurais aimé goûter l’omelette toute seule, mais si ça avait été le cas, elle n’aurait pas été digne du PDC alors on vit l’expérience ou pas! J’ai ajouté du sirop d’érable et c’était meilleur… et encore plus cochon! Je commence à entrer dans la moule!

Cette omelette n’a pas fait l’unanimité malheureusement, certains semblent avoir trouvé ce goût beaucoup trop intense, désagréable.

> Gravlax de saumon et oignons blancs servis avec crêpes de sarrasin

Ce que j’ai le moins aimé! Pas que ce n’était pas bon, mais le saumon goûtait, well, le bon saumon frais. Je n’ai pas vu de différence marquée avec un sashimi de saumon, mettons.

Par contre ce fût servi avec un side de délicieuses mini-crêpes au sarrasin que j’ai surtout utilisé pour manger les excellents cretons, faute de pain!

> Chou farci au homard, porc et foie gras sur lit de lentille.

Ce mets ne porte qu’un seul nom: DÉCADENCE! Copieux et excellent, digne de la folie de Martin Picard.

Mention spéciale au coulis de foie gras.

> Poulet à l’érable et fèves au lard

J’ai adoré! Fan fini de poulet à toutes les sauces, je n’en avais jamais goûté à l’érable et cette touche d’érable était juste assez subtile. Certains bloggeurs ont trouvé le poulet un peu sec, peut-être parce qu’ils ont pris du blanc? Je ne suis pas d’accord, mais puis qu’il faut être objectif, je rapporte les faits!

Les bines étaient vraiment succulentes et avec une touche de sirop, elles étaient encore meilleures. Je mentionne en passant que le sirop d’érable est vraiment excellent et la Capricieuse (qui ne jure que par celui de sa famille!) l’a bien aimé aussi.

=.=

> Langue de boeuf et céleri rave

Pas goûté, j’en ai déjà mangé et comme ce n’est pas mon met favoris, j’ai décidé de les sacrifier pour un peu plus de place pour le dessert :)

Sur ces photos vous voyez une des blogueuses immortaliser les assiettes. Est-ce qu’on vous a dit que notre groupe comportait 24 personnes dont presque autant de caméras? *Click Click Click*, tout passait sous les lentilles et tous attendaient patiemment pour prendre une photo et commencer à manger.

Heureusement tout le monde se dépêchait pour ne pas nuire à l’expérience gustative. Vous pensez qu’on avait l’air d’un cirque? Pas du tout, les autres tables ne semblaient du tout intéressées à nos activités… probablement obnubilés qu’ils étaient à regarder leur propre repas.

> Pattes de poulet frites et sauce BBQ

Probablement le seul plat qui a fait l’unanimité… de dégoût! Plate à dire un peu mais il n’y avait rien à gruger sur les os… et on s’entend, ça tombe vite sur le coeur lorsqu’on arrive dans les doigts. La sauce BBQ était bonne par exemple.

Si vous pensiez que c’était de l’excès? Je vous présente maintenant, les desserts!

– Le sucré

> Banana split avec crème glacée à l’érable, guimauves maison à l’érable, pacanes à l’érable, barbe à papa à l’érable.. et sauce à l’érable au chocolat

Le premier dessert se pose sur la table et la Capricieuse se jette sur la crème glacée…. et sur la barbe à papa, et sur les guimauves et sur… tellement de sucreries à l’érable qu’on en oublie presque les bananes. Un plat vraiment superbe autant pour les yeux que les papilles. Devant tous ces choix on ne sait plus par où commencer et qui n’aime pas être déboussolé par un dessert?

> Tire d’érable sur morceaux de glace

Cette petite palette vaut à elle même le détour vers St-Benoît de Mirabel! C’est sur qu’on aurait préféré en manger dehors, après le repas… mais on ne peut quand même pas inventer un banc de neige!

> Mille-feuilles à l’érable

Un autre plat qui mérite l’adjectif DÉCADENT! Imaginez après tout ce que nous avons manger, cette grosse brique de pâte, de crème, et de beurre d’érable qui se pose devant nous! C’est bien juste à la Cabane que ça passe ce genre d’excès et tant mieux, car on en profite :)

> Crêpes frites trempées dans le sirop

Hummmmmmm!! Je crois avoir entendu que ces crêpes avaient été frites dans le gras de canard! Tellement délicieuses que si on nous avait apporté un deuxième plat, je vous jure qu’elles auraient trouvé preneurs.

Maintenant que le dernier service est disparu, on ne veut qu’une seule chose… de l’air!

Dehors, on jase avec les autres pour savoir comment ils ont vécus leur expérience. On en profite pour se dégourdir les jambes avant de reprendre la route vers Montréal. Plusieurs on fait des achats, beurre d’érable ici, ketchup maison par-là, barbe à papa et tourtière… de notre côté nous sommes si plein que l’idée de rapporter quoi que ce soit est de trop.

(Et comme si je ne connaissais pas ma Capricieuse, le lendemain elle réclamerait sa barbe à papa et sa tourtière. Et bien, tant pis pour nous!)

La Capricieuse est conquise et dit à la blague qu’elle aimerait aller souper au Pied de Cochon ce soir-là… ouf! Même si son enthousiasme envers cette Cabane est contagieux, pas certain de mon côté que j’y retournerais à chaque année. Avec l’âge on s’en vient plus sage (hum!), mais surtout, on a de la misère avec les excès du genre! Je ne sais pas pourquoi mais j’ai comme un pressentiment que c’est mon ventre encore plein qui parle!

On gage combien que j’y retournerai? ;)

Je conseille à tous de vivre cette expérience, c’est certain! Même si la liste d’attente peut faire peur, ne vous laissez pas intimider. La cuisine de Martin Picard et de ses acolytes est un must à vivre au moins une fois dans sa vie.

Et voilà! Après en avoir rêvé durant des semaines… la journée s’est terminée.

Comme on dit, toute bonne chose a une fin!

——–

Cabane à sucre Au Pied de Cochon
11382, rang de la Fresnière,
St-Benoît de Mirabel
J7N 2R9

450 258-1732

Le bonheur est dans ma tasse et ça goûte le paradis

Voici notre dernier(?) article, écrit par Christian et Louise, dans le cadre de la série « En direct de: Québec ». Photos: Françis Fontaine!

Il y a des endroits où l’on se sent vraiment comme à la maison. Des lieux uniques que l’on découvre par hasard.

C’est ce que l’on pourrait appeler la destinée. Mais franchement, parfois ça prend des drôles de tournures.

Il y a des surprises vraiment agréables et des découvertes inoubliables. Dans un monde où tout va trop vite, le plaisir tient des bons moments passés entre amis, des bonnes bouffes et des découvertes de toutes sortes. Entre autres, des découvertes gustatives et de toutes les belles surprises que nous réserve le monde culinaire.

Fermez les yeux un instant et imaginez-vous devant un plat des plus exquis servi avec un vin qui l’est tout autant. Vous aimez tous ces arômes et toutes ces saveurs rocambolesques qui se fondent en un ballet nuptial dans votre bouche. Mais tout à coup, vous arrivez à isoler ce petit je ne sais quoi qui goûte si bon et qui vous rend tellement heureux. Le fameux petit moment de bonheur intensif que l’on voudrait éternel.

Et si vous pouviez retrouver ce bonheur dans votre tasse de café?

Oui, oui! Dans ce liquide caféiné que vous buvez tous les jours. Et si l’on vous projetait à des années lumières de votre dernier Starbuck, Vanhoutte et j’en passe? Oui? Ok, direction Le Nektar.

Vous arrive-t-il de sentir que l’on vous regarde d’une drôle de manière parce que vous posez beaucoup de questions sur le café que l’on vient de vous servir? De prendre les gens au dépourvu? De penser qu’ils vous trouvent étrange, ou trop curieux? Êtes-vous un passionné de café qui adore faire de nouvelles découvertes et en apprendre toujours plus?

Avertissement! Le prochain pas pourrait vous être fatal! L’addiction est irrévocable, mais cela risque fort de vous plaire.


Une fois la porte du Café Le Nektar franchie, tous les cafés que vous avez bus jusqu’ici, pour leurs divers effets vivifiants, n’auront plus de sens pour vos papilles gustatives. Elles seront sublimées par le doux et délicieux nectar des dieux qui vous sera servi. Plaisirs et découvertes seront au rendez-vous et vous aurez l’impression d’être aux portes du paradis. Le café de prédilection au Nektar c’est le filtre. Mais pas le filtre comme vous le connaissez.

==

« Ohhh, est-ce une odeur de cassis ? »

Nous sommes deux épicuriens. Nos petits bonheurs au quotidien sont simples, mais savoureux. Régulièrement, voire même quasi religieusement, nous nous rendons au café Le Nektar, 235 St-Joseph Est, dans la basse-ville de Québec. Certains disent, à la blague, que nous y avons élu notre deuxième domicile. Ce qui n’est pas tout à fait faux.

Ne vous en faites pas, c’est bel et bien du café que l’on vous servira dans votre tasse. La différence avec d’autres cafés, c’est la grande qualité des produits qui vous seront servis. Des cafés provenant de très petits lots, sélectionnés avec soin et traités aux petits soins.

Et puisque le Nektar ne lésine pas sur la très grande qualité de ses produits, vous aurez l’honneur de déguster votre breuvage dans la Ferrari des tasses espresso. Les tasses ACF, importées par Be Coffee directement d’Italie. Elles sont fabriquées à la main dans le nord du pays et sont réputées internationalement pour leur qualité inégalée.

« Hmmm, ça sent un peu le caramel »

Bien que ce petit café branché soit situé au centre-ville non loin de notre appartement, c’est tout à fait par hasard et par curiosité que Christian a découvert l’endroit en février 2009. En fait, le Nektar venait à peine d’ouvrir ses portes. Nous commencions tout juste à nous plonger dans l’univers du café. Depuis, nous sommes devenus de véritables accros.

Le Nektar est un café où vous devez absolument vous arrêter quelques instants pour en savourer toutes les subtilités. L’atmosphère y est urbaine et la musique qu’on y joue accompagne très bien l’ambiance culturelle et festive de ce petit bout de la rue St-Joseph. En face du bar le Cercle et de la salle de spectacle de l’Impérial de Québec, le Nektar est une perle rare, qui pour le moment n’est pas surpeuplé. On peut prendre une table en bonne compagnie ou être seul avec son ordinateur portable. Peu importe, l’on y passe un moment agréable.

On vous parle de saveurs et d’ambiance depuis trop longtemps et là on sent bien que vous ne tenez plus en place. Vous êtes prêt à faire le saut?

Le Nektar à été fondé par 3 gars, amis d’enfance et complétement passionnés par les plaisirs de la vie: la bonne bouffe, les breuvages, mais surtout et par-dessus tout, le café. Vous avez envie de vous faire parler de café comme on parle d’amour? C’est l’endroit par excellence!


Il y a d’abord Vincent, le maître barista et le grand dégustateur de l’endroit. Vous aurez tout intérêt à le croiser pour discuter de saveurs, d’arômes, d’acidité, de corps et de finale. C’est d’ailleurs sur lui que vous risquez de tomber le plus souvent les jours de semaine.

Ensuite, il y a Constantin. C’est l’esprit littéraire et scientifique qui s’intéresse aux origines et aux particularités de tous les cafés. On le croise moins souvent, mais si vous avez la chance de lui parler, c’est aussi un fin connaisseur et il a de très bons conseils.

Finalement, si vous avez la chance d’observer un boute-en-train à la camaraderie contagieuse, il s’agit très probablement de Guillaume, l’âme entrepreneuriale du café. Et on est d’accord avec lui, quand «c’est bon dans bouche», c’est le bonheur total!

DES CAFÉS DE GRANDS CRUS

Le Nektar est le premier café à Québec qui propose une approche qui valorise la richesse et la diversité du café, similaire à celle développée en Europe pour les différents terroirs des grands crus vinicoles. Cette approche se base sur des méthodes de récolte, de transport, d’entreposage et de torréfaction complétement révolutionnaires par comparaison avec le processus actuel, vieux de plus de cent ans.

« Ohhh, celui-là est parfumé comme si j’humais les vapeurs d’un brownie tout chaud »

Le mur de café regorge de variétés de cafés de très grande qualité dont certaines sont exclusives au Canada. Vous y retrouverez entre autres les cafés de PT’s Coffee, les «Terroir» de Georges Howell Coffee Company et le café de 49th parallel torréfié à Vancouver.

Essayer les cafés grands crus du Nektar, c’est à vos risques et plaisirs!

——————
Café Le Nektar

235 rue Saint-Joseph Est
Québec
G1K 2B1

418 977-9236

Le Nektar sur Twitter
Le Nektar sur Facebook

_______________________________________________________

Christian Bond est chef des produits chez NOFOLO. Il a aussi fondé Be Coffee, où il importe les superbes tasses à café espresso italiennes ACF pour le marché canadien.  Il vous faut absolument vous les procurer! Vous pouvez aussi le retrouver sur Twitter et sur Facebook.

Louise Bluteau est étudiante au baccalauréat en design graphique et candidate à la Maîtrise en design et multimédia à l’École des Arts visuels de l’Université Laval. Elle s’intéresse particulièrement au accord mets et café. Les cafés filtres grands crus rythme ses journées.

Merci à Françis Fontaine, qu’on retrouve aussi sur twitter, pour les superbes photos!

Merci Louise et Christian d’avoir pris le temps de nous présenter le Nektar. Depuis le temps qu’on veut en parler… vous étiez, pour nous, les seules personnes qui pouvait le faire à notre place! Le Nektar est très chanceux d’avoir trouvé en vous des clients aussi fidèles, enthousiastes et qui apprécient leurs produits à leur juste valeur. En espérant pouvoir partager une tasse avec vous bientôt!